Comédies on tv

écrit par murielle

Aujourd’hui, j’ai plutôt envie de parler de quelque chose de léger, de drôle et de presque superficiel. De quelque chose qui fait rire (et non je ne parlerai pas de la prestation pitoyable de Hondelatte sur ONPC). Je vais plutôt parler de deux comédies, Modern Family et Parks and Recreation.

La première est une comédie familiale américaine qui est diffusée en France sur Paris Première. (je conseille de voir la version originale tant les voix et accents sont superbes).

modern-family

En deux saisons la série n’a pas connu une seule fausse note, ce qui est assez remarquable quand on considère que  les plus grandes séries télévisées ont toutes connu des hauts et des bas. La saison 3 a juste débuté aux US et reste au top niveau.

Modern Family a toujours été un projet incroyablement ambitieux, avec un large casting pour jouer un clan étendu comprenant trois unités familiales qui sont non conventionnelles, multi-ethniques, transgénérationnelles, et incluant un couple gay avec un bébé adopté asiatique.

La série  mérite presque une récompense pour marcher à travers ce champ de mines avec humour. Sans être mièvre ou béat, en se jouant des stéréotypes, Modern Family fait rire non stop.

parksandrecreation

 

Parks and Recreations joue aussi avec le « mockumentary« . Amy Poehler mène une fine équipe de comédiens avec entre autre un Rob Lowe incroyable. Pour comprendre Parks and Recreation, vous devez revenir à l’une des sitcoms les plus corrosives jamais faites: la version originale de Ricky Gervais de The Office, qui a débuté en Grande-Bretagne, en 2001.

L’équipe de tournage s’intéresse aux personnes qui travaillent dans administration locale d’une petite ville fictive, Pawnee ; spécifiquement à Leslie Knope (Poehler) et ses désirs et ambitions. Leslie a ses moments drôles ici et là, mais on peut facilement se laisser submerger par sa capacité remarquable à mal lire la plupart des situations sociales et son talent surnaturel pour aggraver les situations.

Mais elle a une cœur d’or et est bénie / maudite avec son éternel optimisme. Elle est déterminée à œuvrer en tant que femme dans un monde d’homme. Elle est similaire à un Steve Carell, en termes de solitude, de doute de soi et de besoin d’attention. Mais la pauvre Leslie est assaillie de tous côtés par une équipe formée de collègues paresseux et égoïstes, malgré tout sympathiques et sans aucun intérêt pour le bien-être des citoyens de Pawnee.

Comments: 2

quelque chose à dire