Les livres de mes vingt ans

écrit par murielle

Une liste, encore !

10 livres, encore !

Cette fois ci, ce sont les livres qui m’ont accompagnée à travers la fin de mes études et mon début dans la vie active. Qui m’ont vue tomber amoureuse, une fois et puis deux et puis trois. Qui m’ont vue partir vivre dans d’autres pays et m’installer chez les rosbifs.

After you’d gone (Quand tu es parti) – Maggie O’Farrell

Parce que personne n’a décrit si bien la perte de l’amour vécue si physiquement, si douloureusement.

Leviathan – Paul Auster

Parce que c’est le plus français des écrivains américains. Parce que ses thèmes touchent au plus profond de nous: la solitude, la quête d’identité, la solitude. Parce qu’il se/me remet perpetuellement en cause, parce qu’il me respecte en tant que lectrice et parce que je me sens intelligente après l’avoir lu.

The British museum is falling down (La Chute du British Museum) – David Lodge

Parce que cette histoire m’a fait rire aux éclats dans un bus bordelais. Parce que c’est fin, drôle, cocasse et intelligent. Comme David Lodge lui-même qui est un être exquis. Parce que j’aime cet univers très loin de moi et pourtant si proche.

High Fidelity – Nick Hornby

Parce que c’est drôle, parce que tout le monde devrait rencontrer, connaître, aimer ou être un Rob Gordon. Parce que c’est un livre pour les garçons et les filles. Et parce qu’il y a des listes…

Something happened – Joseph Keller

Parce que c’est un livre qui dérange, met mal à l’aise. Parce que Catch 22 est son plus grand succès mais Something Happened est un chef d’oeuvre. Parce qu’un livre peut aussi déranger, nous déstabiliser.

Corps et biens – Robert Desnos

Parce que le surréalisme est bien plus que l’écriture de cadavres exquis. Parce que la vie du poète est une lutte exemplaire. Parce que lire Robert Desnos c’est s’éprendre de liberté et d’humanisme. Parce que lire Desnos c’est devenir moins con.

Comme un roman – Daniel Pennac

Parce que j’ai appris la patience. Parce que je ne force plus les autres à lire. Parce que lire est le plaisir le plus universel, le plus partagé et le plus solitaire.

Quelqu’un d’autre – Tonino Benacquista

Parce que c’est un vrai auteur de polar. Et que celui-là me fait penser à Patricia Highsmith. Parce qu’il revisite le mythe de la quête identitaire, le changement de vie et ses implications souvent cruelles. Parce qu’on a tous rêvé d’être quelqu’un d’autre.

Les oeuvres complètes – Boileau Narcejac

Parce que je ne peux pas choisir une histoires parmi des dizaines. Parce que ce sont les maîtres de la littérature noire, du suspense, du thriller psychologique. Parce que chaque roman m’a scotchée, saisie, impressionée, enthousiasmée (ajouter ici tous les synonymes possibles et imaginables…)

Paroles – Jacques Prévert

Parce que « Il n’est pas vrai que les écrits restent. Ce sont les paroles ». Parce que jamais un poète ne m’a fait rire ou pleurer autant. Parce que la poésie que j’aime est faite d’humour, de tendresse, de révolte, d’engagement, d’insolence, de spontanéité, de surréalisme et de provocation. Parce que Jacques Prévert a aussi écrit Les Enfants du Paradis

quelque chose à dire