Une séparation

écrit par murielle

C’est soi-disant le film préféré 2011 du président (vraiment?!). Je l’ai enfin vu. C’est un film iranien de Asghar Farhadi, sorti l’été dernier.

une-separation-filmL’histoire: : 

Lorsque sa femme le quitte, Nader engage une aide-soignante pour s’occuper de son père malade Alzheimer. Il ignore alors que la jeune femme est enceinte et a accepté ce travail sans l’accord de son mari, un homme psychologiquement instable. Cette femme s’absente quelques heures, en attachant le vieil homme. Du coup, il la renvoie un peu brutalement. Elle fait une fausse-couche et elle accuse son ancien patron de meurtre, puisque le fœtus de quatre mois et demi, est viable selon la loi iranienne.

Une séparation a emballé le dernier Festival de Berlin, remportant un Ours d’or et un prix d’interprétation. Les critiques français ont été dytirambiques. Et c’est mérité!

Je ne savais pas que je pourrais aimer un film iranien. Je suis tellement (lire trop) dans les films anglo saxons. Il est temps que cela change.

C’est un film dur, puissant, fort. Asghar Farhadi nous montre les conditions qui poussent les gens à agir comme ils le font, il nous amène à comprendre leur raison profonde, et forcément à un moment donné, on ne peut/veut plus les juger. Les dures conditions de vie poussent les personnages à agir durement car agir avec noblesse n’est pas le privilège de tous. Je ne vous raconterai pas la suite ni la fin. Ce film est à voir. C’est tout!

Comments: 1

  1. Je l’ai commencé et je l’ai pas terminé, je me suis endormie et puis c’est tout.
    En tout cas, je le reprendrai le weekend. Tu me boostes à le faire.
    A ce qu’il parait le cinéma Iranien est bien apprécié. J’ai regardé Persepolis que j’ai Adoré, mais bon il n’y a que l’auteure qui est Iranienne, l’histoire aussi mais la production est franco-américaine.

quelque chose à dire