pensées secrètes – thinks

écrit par murielle

L’histoire:

Dans le cadre de la mythique université de Gloucester, deux personnages sont engagés dans le jeu complexe de la séduction : Ralph Messenger, spécialiste des sciences cognitives, et Helen Reed, romancière fragilisée par son récent veuvage.

A travers une succession d’événements et de retournements de situation, l’auteur confirme avec brio ce que soutient Messenger, à savoir qu’on ne peut jamais connaître avec certitude ce que pense l’autre.

Un des thèmes récurrents de David Lodge est la tension entre deux mondes différents. Dans Nice Work, ce sont les étincelles entre un industriel et une professeur de littérature anglaise moderne Robyn Penrose (qui fait une brève apparition dans pensées secrètes – le brève réapparition de personnages de romans précédents étant une autre marque de Lodge.

Dans Pensées secrètes, c’est Ralph Messenger, un scientifique dans une université moderne, mais déjà en décomposition, qui croise le fer avec Helen Reed, une veuve séduisante et romancier anglais dont les livres, écrits à la troisième personne et au passé simple, sont « si démodés dans la forme qu’ils pourraient être quasi expérimentaux ».

Le débat se joue sur la signification de la conscience. Helen doute des croyances de Ralph qui pense que la conscience peut être réduite à une série d’impulsions dans le cerveau. Le combat intellectuel se développe en une relation plus profonde, et Helen est confrontée à une révélation sur sa vie passée.

Lodge se réserve le passé simple et la troisième personne au dernier chapitre. Auparavant, il nous éblouit avec son vaste éventail de styles, allant du flux de la conscience (qu’il moque et décrit comme une forme dépassée littéraire), au journal intime au présent narratif tendu, d’un échange de courriels à une série de parodies hilarantes des styles d’autres romanciers (j’ai particulièrement apprécié la parodie d’Irvine Welsh).

Il y a d’autres classiques « Lodgeismes » le long du chemin: aucun autre écrivain a ce don pour l’humour d’observation, l’analogie et la loufoquerie. Je ne suis pas sûre que Pensées secrètes soit le meilleur livre de Lodge mais comme à chaque fois, ses romans sont toujours mieux que beaucoup d’autres livres sur le marché. À un moment donné dans ce roman, Helen se demande pourquoi, avec les histoires de tant de gens sur terre destinées à rester à jamais inconnues, les romanciers peinent à créer autant de personnages supplémentaires et travaillent laborieusement pour leur donner de la couleur. Elle a peur que les lecteurs oublient la plupart des contenus des romans.

C’est pour moi David Lodge qui parle, c’est un cri du coeur à ses lecteurs, en se demandant si ses efforts en valent la peine. Ma réponse de lectrice est un oui retentissant.

Comments: 1

quelque chose à dire