Turn the beat around

écrit par murielle

L’histoire secrète de la disco

turn the beat aroundPrésentation de l’éditeur: Malgré son succès planétaire, la disco est sans doute le genre musical qui a été le plus décrié. Dans cette somme, Peter Shapiro rend justice à ce mélange de funk, de soul et de pop, né à New York dans les années 70, en réaction au rock, alors à bout de souffle. Loin de s’en tenir aux clichés – vêtements pailletés aux cols pointus et autres boules à facettes -, il révèle la richesse et la complexité d’un véritable courant culturel, prônant le plaisir et les rythmes débridés. Avec passion mais lucidité, il retrace l’histoire et la signification de la culture disco, issue du mouvement de libération gay et de l’émergence des valeurs individualistes prônée par la nouvelle Amérique.

Il étudie ses manifestations en Europe, analyse l’explosion du phénomène des night-clubs et la place primordiale prise par les DJ qui, de pousseurs de disques, deviennent les instigateurs incontournables d’une danse aux rythmes endiablés. Il évoque ses principaux acteurs – le batteur Marc Cerrone, Chic, Donna Summer, mais surtout les producteurs de l’ombre, responsables des plus gros hits. Phénomène d’abord souterrain, la disco a rapidement conquis le grand public avec La Fièvre du samedi soir, avant de disparaître brutalement, sous les assauts de l’ordre moral. Shapiro n’hésite pas à pointer les excès et les ridicules de cet art de la parole désinvolte, futile, délestée de tout militantisme et, surtout, de cette production vouée à une surenchère de la rentabilité, qui ont conduit à son déclin. Ode au plaisir aussi bien qu’histoire culturelle, ce livre ne ravive pas moins une époque et éclaircit la portée sociale d’une musique, qui a su gommer les différences entre les âges, les sexes et les conditions.

turn-the-beat-around

Je n’aurais pas pu faire un meilleur résumé. Ma seule critique, Shapiro est parfois un peu snob dans ces goûts et qu’il ne peut s’empêcher parfois de trop intellectualiser; il va même jusqu’à citer Deleuze, Guattari et Roland Barthes.  Mais c’est un livre formidable pour comprendre combien le disco était (est?) important. J’ai sauté des pages mais j’ai aimé passer quelques bonnes heures à chercher sur youtube des vieux morceaux oubliés ou pas.

J’en ai conclu que le meilleur titre de disco était sans aucun doute You make me feel.

Et vous?

 

 

Comments: 4

  1. Le Disco inferno(http://www.deezer.com/fr/search/disco%20inferno%20the%20trammps) des Trammps est une ode orgasmique au Disco…Je me suis achetée dernièrement la BO de Saturday night fever…J’adore tout particulièrement les morceaux de David Shire « Manhattan Skyline » : http://www.deezer.com/fr/search/manhattan%20skyline
    L’hymne des Bee Gees (excellent ) « You should be dancin' »…
    Et j’aime aussi la reine du disco: « Donna Summer »…Le Disco est festif, il me donne envie de prendre un vol pour Rio et danser sur un calypso disco…Le kif total quoi!

  2. Comment vas-tu Murielle? J’ai passé vers Bayonne cette weekend et j’ai pensé à toi. J’espère que tu vas bien!

    • Je vais bien merci. Après un mois mouvementé et pas d’internet j’ai eu l’impression d’être coupée du monde! Comment as tu trouvé Bayonne?

quelque chose à dire