Les adoptés

adoptésC’est un film de Mélanie Laurent. Son premier et j’espère pas son dernier.

L’histoire : une mère, deux « soeurs » Marine et Lisa et le fils de l’une. Leur vie change quand Marine tombe amoureuse d’Alex. Lisa se sent abandonnée, jusqu’au jour où Marine est dans le coma suite à un accident.

Ce qui commence comme une comédie romantique un peu surfaite, devient un drame douloureux. J’ai aimé. J’ai pleuré. Comment on vit, ou survit, le drame d’un très proche. Comment on se prépare à la mort.

Alors oui, il y a des longueurs, des maladresses et des déséquilibres. Des moments de parlote un peu longs, des conversations au téléphone qui sonnent un peu forcées et superficielles, que deux sœurs aussi proches que ces deux n’auraient pas. Et puis je n’aime pas le coté « Coup de foudre à Notting Hill », la libraire aux choix littéraires trop clichés: Carver. Encore? Et tout se passe dans un milieu bobo à souhait ; Lisa est luthière, Marine, libraire et Alex, critique gastronomique.

Mais il y a aussi une vraie sensibilité, une jolie façon de filmer et une histoire. Il y a des scènes magnifiques accompagnées de la musique de Syd Matters, mélancolique à souhait, des moments parfaits de drôlerie avec le fils de Lisa qui s’essaie à tous les sports. Mon regret? On ne voit pas assez Clémentine Célarié (la mère) dont on devine que le personnage glisse tout doucement dans l’alcoolisme.

Mélanie Laurent sait jouer, chanter et réaliser. Et elle est d’une beauté à couper le souffle. Y’aurait de quoi être jalouse. J’ai choisi de l’aimer.