Adieu Berthe

écrit par murielle

adieu-bertheUn ticket de cinéma offert, pas envie de soleil et l’occasion d’aller voir un film avec un acteur que j’aime bien, Denis Podalydès.

L’histoire: Adieu Berthe, l’enterrement de mémé raconte la crise existentielle d’Armand qui navigue à vue entre son boulot de pharmacien et sa passion pour la magie. Côté cœur, il est tiraillé entre sa femme Hélène et sa maîtresse Alix. Côté famille, il ne sait plus où donner de la tête entre une belle-mère envahissante, des enfants avec qui il ne parvient plus à communiquer, et la petite fille d’Alix dont l’anniversaire se profile à grands pas… Le jour où sa grand-mère Berthe disparaît, le voilà de surcroît chargé d’organiser les funérailles.

Je n’aime pas du tout les films « français-versaillais », les histoires de couple qui se trompe, se quitte, se retrouve, ces histoires de bourges qui intellectualisent ce qui se passe dans leur slip. La chair est faible, pas besoin de la justifier avec des discours pseudo-intellos. N’est pas (un jeune) Woody Allen qui veut.

J’aime qu’on me raconte une histoire, proche ou éloignée de ma vie, mes désirs et envies.  J’aime que ça me fasse de choses au corps et au coeur. J’aime sortir de la salle avec l’envie d’en parler autour de moi, de saouler tout le monde avec mon coup de coeur. Est-ce que j’ai assez parlé de Tyrannosaure?

Adieu Berthe ne fait pas partie de ces films coup de poing. Il n’est pas le plus grand film de l’année mais j’ai aimé le mélange de comédie burlesque, de poésie avec un soupçon d’émotion pour faire bonne mesure. J’ai aimé que la recherche des pompes funèbres soit comique, j’ai aimé rire au message d’accueil téléphonique d’un des funérariums. J’ai aimé que ce qui commence comme une comédie loufoque, avec des éclats de rire assumés pendant la première heure, se transforme en une jolie histoire plutôt tendre d’un homme qui ne sait/peut pas choisir. Le rythme ralentit, les silences se font, on sourit de voir comment l’usage du portable a changé les rapports amoureux. Les sms ont remplacé les lettres. Berthe avait conservé ses lettres de jeune fille amoureuse abandonnée, Armand n’aura que des textos. Ma partenaire de cinéma s’est un peu ennuyée. Moi pas. J’ai apprécié que la vie amoureuse d’Armand ne tourne pas en farce. La confusion des sentiments demeure mais elle devient paisible et vivable.

J’avais envie de quelque chose de léger, de drôle, d’un film qui m’apporte un peu de calme et de paix. Il y a de la magie (au sens propre), de la tendresse, de la nostalgie et de la lenteur. Un peu comme une vie rêvée.

Comments: 4

  1. Anne Marie says:

    La bande annonce donne envie. Mais contrairement à toi, j’aime ce genre de films.

    • C’est pour ça que c’est bien le cinéma. Y’en a pour tous les goûts, ou presque… Enfin, y’en aurait pour tous les goûts si on ne voyait pas toujours les mêmes affiches dans presque tous les cinémas. Grrr…

  2. Fred says:

    Tu as fait la fête du cinéma? Je l’ai vu moi aussi. La première partie est bien, la seconde trop longue et un peu ennuyeuse. Je comprends ton argument qu’il y a une rupture dans sa façon de penser donc un changement de rythme mais je suis pas convaincu. Sinon je conseille Prométhé.

    • Non, pas de fête du cinéma pour moi. Je préfère y aller sans la foule et je bénéficie des tarifs réduits. Donc aucune excuse pour ne pas y aller à d’autres moments de l’année. :-)
      Prométhée? Euh… merci mais non merci…

quelque chose à dire