Ma femme

écrit par murielle

Vers le milieu de la semaine dernière, j’ai remarqué que quelque chose manquait dans ma vie. Quelque chose que j’avais pris l’habitude d’avoir, que j’avais commencé à tenir pour acquis et trouvé réconfortant quand je me levais le matin. Ma femme avait disparu.

Les signes étaient pourtant là. Le silence qui m’entourait quand je me levais. Deux matins sans mon mug de thé trop infusé posé sur la table de chevet. Personne pour crier au pied de l’escalier qu’il fallait mettre les serviettes mouillées sur la patère. Personne pour me dire de ne pas mettre de miettes sur le sol. Personne pour arranger mon noeud de cravate. Personne pour cuisiner mon diner. Personne pour me rappeler d’acheter du lait en rentrant du travail.  Personne pour empester la maison avec de l’encens au patchoulis. Personne pour allumer la télé et laisser les émissions déco en fond sonore. Le calme serein qui avait gagné toute la maison était tellement agréable que je l’avais apprécié sans réaliser son étrangeté.

Je me suis mis à chercher ma femme partout. Dans toutes les pièces de la maison, dans tous les coins et recoins. Aucune niche, aucun placard, aucun endroit n’avait plus de secret pour moi. Est ce que j’avais rêvé? J’étais sûr d’avoir une femme. Ses lunettes sur l’étagère dans le salon, ses vêtements dans l’armoire, ses parfums et produits de beauté bien alignés sur la tablette de la salle de bain, des photos d’elle sur les murs. Elle existait, elle devait bien être quelque part.

Je devrais sans doute appeler la police pour leur signaler sa disparition. Je ne sais pas quoi leur dire, il faut que je réflechisse.

Le silence, serein, agréable et reposant.

Peut-être que mon appel peut attendre une semaine ou deux…

Comments: 10

  1. Audrey says:

    Elle a fugué? C’est un mari incroyable ce mec!

  2. LO says:

    Arf ! ça me rappelle des choses !
    Quelle délicieuse horreur :)

    • LO says:

      Ou… quel horrible délice ?

  3. Fred says:

    Il lui faut trouver un bon alibi d’abord! :-)

  4. Dans le style d’une nouvelle à la Marcel Aymé. L’étape suivante : ai-je eu une femme ?

  5. Lorsque la routine fait disparaître les gens, même les plus importants…
    Joli texte

  6. Eric says:

    J’aime beaucoup. Il y a quelque chose de fantastique dans ce texte qui laisse la part belle à l’imagination de chacun.

quelque chose à dire