Réflexion légère sur le hasard, le vent et un peu de poésie…

écrit par murielle

Les scientifiques et les psychologues soupçonnent depuis longtemps que nos intuitions trompeuses vis-à-vis du hasard pourraient bien expliquer nos étonnements injustifiés, nos extases devant ces coïncidences extraordinaires qui n’en sont pas. Et Spinoza, Hegel, Descartes et Nietzsche ont fait le malheur ou le bonheur des bacheliers avec « La raison peut-elle accepter le hasard? »

Que le hasard existe réellement ou pas dans ce monde, je ne sais pas. Simplement parce qu’il y a une raison à cela : un tas de phénomènes qui paraissent aléatoires, ont en fait une loi et que si le hasard existe, c’est parce qu’il y a déjà, au départ, une petite incertitude sur la condition initiale. C’est bien ça la théorie du chaos, non?

Je crois qu’il y a une étrangeté psychologique qui influence aussi notre perception du hasard. On veut ou on croit toujours tout contrôler : on a souvent l’impression que les événements qui se produisent autour de nous sont sous notre contrôle. Et donc, que nous pouvons, en partie, manipuler le hasard. Je dis « nous », mais il y a bien longtemps que je ne crois plus au contrôle que je pourrais exercer sur ce qui se passe autour de moi. J’ai perdu cette illusion là. Ma résolution de la rentrée était de faire confiance: douter oui, avoir peur oui, mais avoir confiance et oser tout de même.

Dire oui à tout (ou presque) même si le coeur bat la chamade un petit peu trop, même si on ne sait plus faire la différence entre l’intuition, le désir intime et la certitude. Simplement faire confiance en ce hasard qui n’en est (peut-être) pas. Après tout on apprend bien à l’école que si le vent est hasardeux – il souffle au hasard – il obéit cependant à des lois implacables.

Et puis, si la science a souvent raison, il faut aussi de la poésie dans la vie. Cette poésie qui nous incite à croire aux coïncidences, aléas et hasards bienheureux.

À l’aube d’un jour de coup de dés
il s’arrête au bord des fontaines de sa vie
il y cherche un mirage à lui promis
baigne son front désaltère sa bouche
Et prononce ce mot : chérie
qui retentit à travers les rêves de la ville endormie
va la bercer dans sa couche.

Robert Desnos – Destinée arbitraire

Toutes les choses au hasard 
Tous les mots dits sans y penser 
Et qui sont pris comme ils sont dits 
Et nul n’y perd et nul n’y gagne 

Paul Eluard – Dominique – Le Phénix

Comments: 18

  1. Audrey says:

    Que le hasard existe ou pas, j’aime beaucoup ta réflexion. Merci pour la poésie que tu mets en ce jour de fin de fêtes. Hasard ou autre explication c’est bien qu’on soit confrontée à des petits mystères, parce que même si tout a une loi, on n’est pas tous physiciens, mathématiciens pour les connaitre.

  2. Fred says:

    Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des forces invisibles, lois physiques, naturelles et autres qui nous poussent dans une direction ou une autre. Ou les désirs et envies et volontés. Article intéressant pour une année qui sera belle pour toi et nous tous. Malgré la crise!

  3. Nathalie says:

    Je redécouvre Desnos grâce à toi. Je ne le considrais que surréaliste mais il est encore mieux que ça. Merci!
    Je crois au hasard bien intentionné qu mettra sur nos routes des moments ou des personnes qui sont positives pour nous. Je suis une rêveuse :-)

  4. Laurent says:

    Murielle, tu es super. C’est tout ce que j’ai à dire…

  5. Coucou la bayonnaise, pour approfondir ta réflexion si le sujet t’intéresses à ce point : « Le hasard n’existe pas » de Karl Otto Schmidt (livre à succès réédité depuis les années 60) et à lire ensuite, pour approfondi encore plus « la prophétie des Andes de James Redfield (livre à succès depuis les années 70/80) et qui résume juste ma vision de la vie (attention, plusieurs volumes à lire dans l’ordre donc si tu veux l’acheter, demande moi, je te dirais lequel est le plus intéressant (le premier en fait). Je te recomande très très très vivement la prophétie des Andes qui risque soit de te parler, au plus profond de ton âme et te dire que tu n’as pas halluciné toutes ces années, que ce que tu percevais de temps en temps est peut être bien une réalité :-)
    Sur ce…bonne soirée (nuit^^)

    • Peut être le premier livre mais je suis allergique au mot « prophécie »… La lecture de ce mot provoque une réaction physique avec froncement des sourcils, moue voire rictus d’agacement :-)

      • Pourtant le second est plus intéressant que le premier, plus poussé dan sa logique, en gros il te dit le sens de la vie selon lui et des textes anciens, c’est bête de s’arrêter à si peu, le terme de prophétie ne sert que de titre ici tant le contenu est plus large

  6. Eric says:

    Donc tu veux croire au hasard? Je pense pour ma part qu’il n’y a que des liens de cause à effet. Les rencontres sont rarement dues au hasard, ce qui va à l’encontre du coup de foudre. Et en tant que lecteur fidèle de ton blog tu ne crois pas au coup de foudre. Je continue sur la poésie « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous » Eluard

    • Merci pour ton commentaire lecteur fidèle :-) Je suis surprise quand on se souvient mieux que moi de ce que j’ai écrit!
      Non je ne crois pas au coup de foudre. Et je ne sais pas si je crois au hasard, plutôt un désir profond de quelque chose ou quelqu’un (imaginaire ou pas) allié à une volonté quasi sans faille et bon allez, oui, peut être, quelque chose qui ressemble à de la chance…

      • Eric says:

        Donc tu penses que tu ne rencontres que les êtres, les livres et les idées que tu es prête à rencontrer?

        • Quelque chose comme ça. Je me demande parfois s’il n’y a pas une force quelconque à l’intérieur ou à l’extérieur de nous et qui sait mieux que nous la nature des rencontres dont nous avons besoin pour vivre ce que nous avons à vivre. Un système de guidance plus ou moins conscient quoi.
          Je pense que l’humain a un peu peur du hasard, en ce sens qu’il nous enlève un certain contrôle de sa vie. C’est peut être simplement apprendre à s’écouter et donc voir des choses que l’on ne voyait pas avant et donc attribuer ça au hasard alors que non non non pas du tout :-)
          Oui je sais je ne suis pas très claire

          • Eric says:

            L’intuition,comme une nécessité inconsciente.

          • Tu es prof de philo?

        • Fred says:

          C »est ce que j’ai tenté de dire. Mais c’est mieux dit ainsi. On rencontre des gens biens tout le temps, mais on est parfois aveugle, mal dans sa peau, malheureux, indisponibles et on passe à coté. On est heureux, bien dans sa peau, disponibles psychologiquement ou physiquement et alors on voit enfin ces gens biens. Oui, il y a une notion d’être prêt.
          Murielle, c’est un bon sujet de réflexion :-)

quelque chose à dire