du thé et du temps procrastiné

Je ne peux vraiment pas me concentrer sur aucun des morceaux de travail que j’ai à faire. Moi qui n’aime pas le téléphone, j’ai enfin écouté les messages laissés sur mon répondeur et téléphoné à ceux qui me le demandaient. J’ai répondu aux e-mails mais je n’ai encore rien envoyé, ils resteront des brouillons.

Donc, maintenant, au lieu de travailler,  je perds mon temps, je flâne dans l’appartement.

J’écris un article, et je bois du thé. Beaucoup de thé. Du chaï. Le chaï est un thé avec plein d’épices (cannelle, gingembre, cardamome, poivre noir, clous de girofle) qui se boit avec du lait chaud. C’est bon, c’est doux, c’est réconfortant.

En fait, maintenant que j’y pense, le thé ne m’aide peut-être pas avec mon problème de concentration. Ma liste actuelle des « choses que je préférerais faire plutôt que travailler » va, par ordre d’attractivité:

  • voir mon neveu
  • faire des bêtises
  • boire un nouveau thé – je devrais supprimer cet élément de la liste. Oh et puis non, rien à fiche, je veux toujours avoir un autre thé
  • re-écouter toutes les musiques du jour et les commenter un peu mieux, expliquer le pourquoi de mes choix
  • me demander si la permanente reviendra un jour à la mode
  • comprendre pourquoi seuls les humains pleurent, il doit bien y avoir une raison scientifique
  • boire du thé
  • philosopher sur la vie, l’amour et les vaches
  • regarder à nouveau le dernier épisode de Mad Men s6
  • et ensuite regarder un épisode de Parks & Recreations pour secouer ma mélancolie
  • écrire un article intelligent et spirituel sur le film The Place Beyond The Pines
  • boire du thé
  • expliquer en long, en large et en travers pourquoi Ryan Gosling est un acteur formidable
  • expliquer mon « girl crush » pour Amy Poehler
  • choisir enfin entre une perruche ou un canari
  • faire pipi, j’ai vraiment bu beaucoup de thé

Mes bras me font souffrir, rien de grave, c’est le cours de gym d’hier soir. Mes doigts ont fini de taper cette phrase avant que j’ai le temps de réaliser que c’était absolument inintéressant. Bon dieu c’est incroyable comme mes doigts tapent vite quand je leur donne le bon carburant. Je devrais me faire un autre thé. Et faire un break.

Il fait beau dehors. C’est ça… je vais faire un break.