Un bien beau métier

Ahhh le journalisme. Celui des têtes bien connues, toujours les mêmes, celles que l’on voit autour de tables bien modernes sur les plateaux de télé bien lumineux, en public ou pas. Ceux qui se pensent dans l’intelligensia, ceux qui savent mieux que les autres, ceux qui définissent le métier de journalisme à leur façon, le cul sur le fauteuil et avec quelques effets de manche (applaudissements du public SVP), ceux qui manient la mauvaise foi avec un aplomb incroyable. Ceux qui préferent le confort du copinage avec le pouvoir (quel qu’il soit) plutôt que la recherche de la vérité.

Et il y a les autres. Ceux qui veulent informer, malgré tout.

Et de méditer les paroles de Plenel: Il faut s’interroger sur ce mensonge avec la complicité du monde politique et médiatique », a estimé Edwy Plenel interrogé par l’AFP. « Il faut s’interroger sur ce qui s’est passé pendant ces quatre mois, sur ce retour de boomerang qu’avait prévu Mediapart, le monde politique et celui des médias doit se poser la question », a-t-il ajouté. « A Mediapart nous n’avons jamais douté de nos informations », a encore dit Edwy Plenel, ajoutant: « ce qui fait le malheur de la démocratie ne rend pas heureux les journalistes ».

Journalisme : activité qui consiste à recueillir, vérifier, ou commenter des faits pour les porter à l’attention du public dans les médias en respectant une même déontologie du journalisme, reposant sur la protection des sources d’information, du correspondant de guerre au journalisme d’investigation…