All the world is a stage

Chaque aspiration de la vie humaine, qui se résume principalement à perdre du poids et ne pas mourir, a un livre qui lui est dédiée. La plupart du temps, ce livre pourrait se réduire à un seul paragraphe mais comme personne ne paierait 9,99 euros pour un conseil qui prendrait moins de temps que l’intro musicale de Staying Alive, ce conseil est distillé dans des centaines de pages déguisées en une formule magique soi-disant assez facile à suivre. Mais est-ce qu’on souhaite vraiment être conseillé. Souvent les meilleurs conseils sont des observations faites presque en passant.

En ce moment je cherche la formule parfaite du dialogue. Celui qui ne ressemble pas à un mauvais scénario de série télé, plutôt celui qui se veut un véritable échange.
Mon ami m’a dit qu’un dialogue était deux monologues qui se battaient. Ce qui est souvent vrai. Après tout, tout le monde est tout le temps en train de penser à soi même. C’est presque impossible de vraiment penser à quelqu’un d’autre, encore moins de l’écouter.

i_like_you

Internet c’est un peu ces monologues qui se battent grandeur maxi. Tout ce que l’on poste est finalement une demande de validation. On se cherche une personnalité, ensuite on la cultive, on travaille des formules, des phrases qui font mouche et chaque article, chaque statut, chaque mot/photo/lien posté devient une validation de notre existence.

Mais prétendre être quelqu’un n’est pas nouveau. Vouloir répondre aux attentes ou faire l’intéressant non plus. Le web n’est pas le coupable, seulement le révélateur de ces monologues. Il suffit de lire les commentaires hors sujet, ceux qui n’ont absolument pas lu un article mais le commentent tout de même ou cliquent sur « j’aime » sans chercher de sens. Chaque post sur facebook, chaque tweet pourrait être remplacé par un immense: « dites moi que j’existe ». J’exagère juste un peu. En fait, oubliez les facebook, blog et twitter, chaque fois que l’on parle à quelqu’un, chaque phrase que l’on prononce, on demande simplement: « dites moi que j’existe… »

All the world’s a stage,
And all the men and women merely players;
They have their exits and their entrances,
And one man in his time plays many parts,
His acts being seven ages.

Le monde entier est un théâtre,
Et les hommes et les femmes ne sont que des acteurs,
Ils ont leurs entrées et leurs sorties,
Un homme, dans le cours de sa vie, joue différents rôles,
Les actes de la pièce sont les sept âges

Shakespeare