on dirait qu’on serait…

C’est l’été. Il fait beau, il fait chaud, c’est la fête aux maillots. Mais je ne ferai toujours pas un article pour comparer les marques de crèmes solaires, les tongs ou pour débattre sur les marques de bronzage: sexy ou pas?…

Je ne peux toujours pas permettre à mon cerveau de faire un break puisque je passe cet été  à l’école.

En partie à cause d’une envie et en partie pour ajouter une corde à mon arc professionnel, (ah! l’image clichée).

Une enquête récente a montré qu’un cinquième des adultes ont essayé d’impressionner les autres en faisant semblant d’être plus intelligents et plus culturellement conscients que ce qu’ils sont vraiment. Ils se forcent à visiter les galeries d’art, à lire autre chose que le dernier —- (mettre ici l’auteur de votre choix), ou à apprendre quelque chose de nouveau. Bref, faire la même chose que ce les gens vraiment intelligents et cultivés font.

Être prétentieux, paraît-il, est la seule manière de nous sauver de l’ignorance. Car oui, on a beau aimer L’amour est dans le pré, on a aussi besoin de stimulation culturelle. Et si la pression des autres oblige à passer les portes d’une galerie, étudier ou remplir son disque dur de films hongrois, en noir et blanc, en plan fixe, ce ne peut être qu’une bonne chose. Commencer par prétendre pour ensuite devenir.

Il y a quelques mois, j’ai visité l’exposition au V & A sur David Bowie. J’ai repensé récemment à une image qui ne m’avait pas marquée sur le moment. Bowie semble embrasser sans crainte la haute culture – celle qui est difficile d’accès. Mais il a passé son adolescence à écouter la musique et à lire les livres qu’il pensait qu’il « devait » écouter et lire. Je me suis convaincu que j’étais un fan de Charles Mingus, était une des phrases mises en avant dans l’expo. Il a finalement décidé de lire le Baudelaire qu’il avait acheté pour mettre/montrer dans la poche arrière de son jean, et c’est ainsi que son extérieur soigneusement construit a commencé à fusionner avec son intérieur.

Parfois, essayer d’impressionner les gens autour de soi, est la meilleure façon de devenir la personne que l’on veut être. Essayer d’être plus intelligent que je suis réellement, faire semblant au début, va me rendre plus intelligent. Après tout, dans le cas de Bowie, ses propres penchants prétentieux l’ont finalement poussé à créer de l’art.

Lorsqu’on est  adulte, personne ne peut nous forcer à continuer à lire ou apprendre, pas plus qu’il ne peut nous forcer à manger des légumes  ou nous coucher tôt. La vie, le marché du travail, les amitiés, la famille, les amours, tout le monde devient de plus en plus exigeant, et après une journée à être contesté,  provoqué,  discuté, après avoir été stimulé, agacé ou épuisé, il est tentant de rentrer à la maison pour une soirée de sitcoms et un menu jambon-purée bien régressif .

Ou alors, on va choisir de lire un livre  ou regarder un documentaire parce qu’on ne peut pas supporter de dire encore une fois à son collègue ou à un ami que l’on a passé une autre nuit sur facebook à poster des gifs de chats et de dauphins.  Et ce livre ou ce documentaire peut étirer un muscle ou déclencher une idée qui poussera à essayer quelque chose de nouveau.

Je crois que ma grande peur, irrationnelle ou pas, est d’être découverte comme philistine. Je me fiche d’être considérée jolie ou moche, fofolle ou sérieuse, coincée ou son contraire, mais ça me ferait bien ch**r qu’on me trouve idiote. J’ai envie  d’être une tête bien pleine… Même si, il ne faut pas se leurrer, ce n’est pas ce qui séduit le plus. Quoique… c’est aussi un bon filtre à cons.

Alors même si c’est la crainte qui me motive à apprendre, c’est aussi ce qui me donne la confiance nécessaire pour respecter et ajouter à la culture qui m’entoure.