Les voies du Seigneur sont impénétrables

Les voies de Dieu semblent être impénétrables. Et je commence à me demander si le pape est catholique. Pardonnez moi de poser une question qui est généralement rhétorique, référence absolue de certitude, et traditionnellement considérée comme encore plus affirmative que ses arrangements sanitaires.

Mais cet élément de doute a été introduit après l’entrevue du pape François avec un magazine jésuite, dans lequel il critique «l’obsession» de son église avec les homosexuels, la contraception et l’avortement, et déclare que la hiérarchie catholique doit renoncer aux jeux de pouvoir.

 

Nous devons donc trouver un nouvel équilibre, autrement l’édifice moral de l’Église risque lui aussi de s’écrouler comme un château de cartes, de perdre la fraîcheur et le parfum de l’Évangile. L’annonce évangélique doit être plus simple, profonde, irradiante. C’est à partir de cette annonce que viennent ensuite les conséquences morales.

Il parait que cet entretien a envoyé des « ondes de choc » dans le monde catholique. Son impact a certainement plus que doublé sur l’échelle de Richter chrétienne quand, questionné sur l’homosexualité, lors de son passage au Brésil il y a quelques mois, il a répondu par les mots suivants: « Qui suis-je pour juger ? »

Si nous pensons au Vatican comme une entreprise multinationale côtée en bourse, alors cet interview semble être l’équivalent d’un avertissement sur les résultats… Oui je sais, si vous n’êtes pas familiers avec les termes de la haute finance, voici une autre image. L’Eglise est la firme Coca-Cola. Et le pape est en train de jouer avec la formule magique du soda, il veut changer la recette qui fait sa fortune depuis des décennies. Je n’ai pas besoin de vous rappeler à quel point celle-ci a fonctionné. Or la familiarité est ce que les gens veulent dans une source de réconfort, qu’il s’agisse de religion ou d’une boisson gazeuse. Il veulent ce qu’ils connaissent déjà. La nouveauté et le changement font peur.

Le pape est Sud-Américain, alors peut-être l’esprit révolutionnaire coule dans ses veines. Les gens n’ont cessé d’affirmer depuis des siècles que l’Eglise doit se moderniser pour survivre – et pourtant les rapports de sa disparition se sont révélés chaque fois ridiculement prématurés avec la resurgeance de mouvements extrémistes (que ce soit à Bayonne ou ailleurs). Encore aujourd’hui, la croyance populaire insiste sur le fait qu’il est le plus grand propriétaire terrien dans le monde, mais des estimations plus réalistes le placent derrière le roi Abdallah d’Arabie Saoudite, avec la reine d’Angleterre en première place. Il est cependant juste de dire que le Saint-Siège ne se porte pas trop mal.

Mais quelque chose d’étrange est en train de se passer. Quelque chose de presque surnaturel. Compte tenu de l’organisation spirituelle avec laquelle nous traitons ici, il est évidemment nécessaire d’éliminer toutes les autres possibilités avant que nous puissions l’accepter comme vérité. Mais alors, s’il continue comme ça, nous devrons peut-être envisager quelque choses de presque impensable: qu’un homme de bien ait été fait pape. Traditionnellement, une telle idée est au-delà de tous les royaumes de la raison et de la possibilité.

Loin de moi l’idée d’un complot. Je ne fais pas partie de ces conspirationnistes qui doutent de tout au lieu d’eux-mêmes. Mais il s’est avéré auparavant, qu’un homme ouvert qui devient pape a une espérance de vie à peine plus longue qu’une mouche.

jean-paul-ier_audienceLe dernier « bon » réformateur à occuper le bureau était Jean-Paul Ier, qui a immédiatement voulu humaniser la papauté. Surnommé « le Pape du sourire », tout comme Francis il a boudé la grandeur de l’appartement du pape en faveur d’une simple chambre, il a parlé à la première personne, refusé d’être porté sur le trône pontifical (jusqu’à ce qu’il y soit contraint), a refusé un couronnement papal en faveur d’une investiture plus discrète et a montré qu’il était un modernisateur (tout autant que l’on puisse moderniser l’Eglise). Une campagne de dénigrement a rapidement commencé, avec un archevêque faisant savoir qu ‘ils « avaient fait Peter Sellers pape ». Jean-Paul Ier est mort 33 jours après son élection. Il n’y a pas eu d’autopsie.

Les voies du Seigneur sont impénétrables – il n’y a donc aucune possibilité terrestre de prédire combien de temps la fenêtre d’opportunité restera ouverte par /pour le pape François. Il a certainement fait un début animé.

Zut je suis athée, je ne crois pas aux miracles et je ne prie pas. Disons que je vais tout de même croiser les doigts.