Video sed non credo

Pauvre Lena Dunham.  Depuis cinq ans, elle passe le plus clair de son temps à créer et interpréter un des personnages féminins les plus réussis et/ou populaires à la télévision. Elle inspire des auteurs, journalistes, actrices et spectatrices qui la considère comme une icône féministe. Mais NON, OH NON, selon beaucoup de sites féministes, elle est une mauvaise féministe puisqu’elle a permis à Vogue de retoucher son visage sur la couverture.

lena-dunham-vogue

Peu importe que chaque image dans chaque magazine soit retouchée plus ou moins légèrement (hello Catherine Deneuve) et que Lena a bien peu de contrôle si quelqu’un veut enlever un bouton ou diminuer les poches sous les yeux. Qui s’en soucie vraiment puisque maintenant les photos que nous prenons de nous-mêmes sont toutes passées à travers les filtres Instagram et coupées au niveau du cou pour empêcher quiconque de voir les bras façon jambon de bayonne.

Peu importe , car le fait est que Lena aurait du dire : « Je vous remercie de me donner la couverture de Vogue et bien que ce soit un pas de géant de permettre à une jeune femme scénariste non-modèle de poser, je refuse de le faire , sauf si vous me laissez poser dans mon vieux jogging avec ma moustache non épilée et mon double menton, car je suis une femme féministe ».

Bien sûr que les actrices et acteurs sont retouchés. On le sait, il suffit de les voir dans les films ou les émissions de tv. Il n’y a pas de mal. On voit/sait bien que Diane Keaton ou Jane Fonda sont beaucoup plus âgées qu’elles ne le paraissent dans les pubs qui le valent bien. Et alors? Les vedettes du grand et petit écran ont toujours utilisé des artifices pour paraitre plus beau, plus grand, plus mince et plus lisse dans les magazines.

Ce sont des recours beaucoup plus simples, amusants et beaucoup moins dangereux et irréversibles que la chirurgie esthétique. Ce qui ne dédouane absolument pas l’usage de photoshop sur les jeunes mannequins dont on allonge les jambes, réduit la taille jusqu’à détruire l’image d’un corps sain et normal.

Ce qui fait de moi aussi une mauvaise féministe , parce que si Vogue me demandait d’être en couverture , mon visage serait maquillé comme une voiture volée, mes lèvres seraient les mêmes que celles des kardashians, mes cheveux seraient plus volumineux que ceux de Marge Simpson et je serais  tellement retouchée qu’ils auraient besoin de faire une double page intérieure pour révéler comment j’étais à l’origine. Et oui, les modifications apportées seraient à ma demande.