je n’aime pas #9

  1. La mort de Philip Seymour Hoffman*. Vraiment pas. The needle and the damage done.
  2. Que je ne puisse presque plus bouger mon bras. Le droit … quand je suis droitière.
  3. Qu’on ne me rende pas les livres que j’ai prêtés de bon coeur.
  4. Que des gens me manquent.
  5. L’expression « les français de souche ». Comme le dit Vince sur un autre blog, il faut creuser jusqu’à quelle profondeur pour l’avoir la souche?
  6. Les longues listes de « je n’aime pas ».
  7. Je n’aime vraiment pas que les gens biens meurent. Ça devrait être interdit.

*Outre d’être un acteur magnifique, changeant et si talentueux (si j’étais vulgaire je dirais « Putain, quelle filmographie! »), Philip Seymour Hoffman avait une des plus belles voix du cinéma. Une voix que nous avions eu le plaisir d’entendre dans un théâtre londonien après la représentation d’une pièce qu’il dirigeait. Il était venu au bar, discuter avec nous, les quelques spectateurs couche-tard. Une belle voix grave, charmante, sensuelle, profonde, changeante et modulée.

Ne pas regarder ses films en VO c’est manquer un de ses multiples talents. Regardez le à nouveau en VO et commencez à regretter qu’il soit parti si tôt.

Philip_Seymour_Hoffman

10 Comments

des choses à dire

Oh que oui pour le point 3!
Ps1: ça fait un bout de temps que je commente plus ta page mais je continue à te lire tous les jours.
Ps2: Jolie la nouvelle déco du blog ;)

Il y a des acteurs qui ne devraient jamais mourir. Il en faisait partie. Premier ou second rôle, il a toujours joué juste. C’est triste qu’un homme aussi aimé par ses pairs et son public n’ait jamais su s’aimer assez.
Il avait toujours été honnête sur son usage de l’héro. Il avait arrêté longtemps et repris il y a quelques mois. La rumeur disait que c’était une question de temps. Quelle merde l’héroïne.

C’est quand même triste tous ces gens qui ont du mal à composer avec ce qu’ils sont devenus et/ou avec la drogue. Philip Seymour avait été sublime en Truman Capote. Et très bon dans Hunger Games, avec un personnage ambigu qui donnait de l’épaisseur à un film à grand spectacle, qui jouait plutôt sur des personnages contrastés et sans mystère. Désolant.

quelque chose à dire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2011 - 2018 www.deschosesadire.net Tous droits réservés