Le devoir conjugal

Vous n’avez sans doute pas manqué l’histoire de la feuille excel. Un homme a envoyé à son épouse par e-mail alors qu’elle était en voyage d’affaires une compilation – exécutée de manière très méthodique – des dates et excuses données pour ne pas faire l’amour avec lui au cours des sept dernières semaines. Il a ensuite refusé de répondre à ses appels téléphoniques. Alors elle a décidé de publier sur Reddit le tableau de son mari, avec son coté de l’histoire (réduction des heures d’ouverture vulvaire due au stress et à un excès de travail dont la lessive et repassage des vêtements de monsieur).

L’hilarité s’ensuit. Et les commentaires. Et la formation d’équipes : team mari ou team épouse.

Mais revenons à cette histoire poignante de mésentente conjugale et essayons de déballer certaines de ses composantes afin de les examiner de plus près, voire même de comprendre l’énigme éternel qu’est l’amour. Ma propre interprétation du sujet – n’oublions pas que je m’appuie sur un puits de science et d’expériences en tant qu’aventurière sexuelle – c’est que si une traversée du désert a duré moins de deux mois et que les excuses de son partenaire restent aussi douces que celles de l’épouse en question (“Je reviens tout juste de la salle de gym”, ou “je regarde le film »), alors il est probablement dans un marasme temporaire.

Il pourrait utiliser ce temps pour faire sa blanchisserie lui-même, cuisiner ou penser à ne pas lui demander une gâterie dès qu’elle rentre à la maison. Tant que sa partenaire trouve des excuses, il y a des chances que cela s’améliore. C’est quand les raisons stoppent qu’il faut s’inquiéter.

Le tableau excel coté épouse aurait tout aussi bien pu se lire ainsi :

1er Juin : Je viens de réaliser comme tout ceci est ridicule

2 Juin : Aujourd’hui je ne t’aime pas vraiment.

3 Juin : Non, je ne t’aime toujours pas beaucoup. Ça passera mais en ce moment, tu ne me plais pas.

4 Juin : Non, je n’ai toujours pas envie de toi. Peut-être parce-que tu me considères comme ta femme de ménage et que j’en ai marre de passer pour une mégère si je te demande de l’aide.

5 Juin : J’aimerais un câlin.

6 Juin : Je n’ai toujours pas envie. C’est peut-être la fatigue.

7 Juin : Ou le mauvais temps.

8 Juin : Non, toujours pas.

9 Juin : Désolée, je viens de réaliser.

10 Juin : Mon vagin a compris avant moi

11 Juin : Je te quitte.

Ou encore

1er Juin : C’est vraiment bizarre. Je continue à avoir ce sentiment que j’ai accidentellement épousé un homme qui me conçoit comme un réceptacle privé de sperme 24h/24h et qui, si contrarié, commencerait secrètement à constituer un dossier sur les conditions mentales ou physiques fluctuantes que je pourrais connaître pour ne pas faire l’amour avec lui. C’est fou non?!
Je dois arrêter d’imaginer des choses. Vivement que je rentre de ce voyage d’affaires. Ces jours loin de la maison m’ont fait du bien. Il me manque et j’ai envie de rattraper le temps perdu.

2 Juin : Trouver une femme de ménage.