Charlotte

écrit par murielle

Je n’ai jamais lu David Foenkinos. Le garçon semble sympathique et ses livres connaissent beaucoup de succès. Je suis passée complètement à coté. La faute à une vie passée à l’étranger quand il a percé. J’avais vu La Délicatesse et je n’avais pas aimé. Je m’étais promis de le lire.

 

C’est la rentrée littéraire et son nouvel opus est sur les listes des prix. Proactivité étant mon deuxième prénom, je vais donc de ce pas lire Charlotte.

 

charlotte-foenkinosL’histoire :

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu’elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d’une œuvre picturale autobiographique d’une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C’est toute ma vie.» Portrait saisissant d’une femme exceptionnelle, évocation d’un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d’une quête. Celle d’un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Avant même la première partie, Foenkinos pose un avertissement :

«Ce roman s’inspire de la vie de Charlotte Salomon.
Une peintre allemande assassinée à vingt-six ans, alors qu’elle était enceinte.
Ma principale source est son œuvre autobiographique : Vie ? ou Théâtre ?»

J’ai envie de lui répondre : roman ou léger foutage de gueule?

charlotte_salomon_painting_in_the_garden_about_1939

Le texte, poème en prose, est composé de phrases plutôt courtes.

Tant mieux me suis-je dis.

Après avoir lu le pavé de Yann Moix.

Un peu de légèreté visuelle me fera du bien.

Légèreté visuelle certes.

Mais pas que.

Platitude aussi.

Comment l’auteur manque à ce point de style?

La vie de Charlotte Salomon méritait mieux.

Mieux.

Mieux que des mots mis bout à bout.

Sans aucune recherche lyrique.

Ni passion.

Ou talent.

Je cherche la phrase qui me touchera.

Qui me contradira et me rappellera

La beauté d’une Barbara.

Celle qui prit vie sous la plume de Prévert.

Je choisis un morceau au hasard.

«Un soir, au sortir d’un concert, la femme de Kurt surgit.

Désespérée, elle jette un flacon de poison sur Paula.

Du poison qu’elle a sûrement hésité à boire.

Tragédie amoureuse.

Cette histoire affaiblit Paula.»

Je suis Murielle.

Je lis ce roman.

Et cette histoire m’affaiblit.

Aussi.

Je suis triste pour Charlotte.

Personnage.

D’une tragédie littéraire.

charlotte_salomon

 

Comments: 19

  1. Benoit says:

    Aucune envie de lire le livre après cette descente en règle du roman. Pourtant il n’est pas mal d’habitude.

    • C’est que je ne sais pas encore comment il écrit « d’habitude ». On me l’a conseillé donc je vais en lire un autre et je me ferai une idée plus claire du cas Foenkinos.

  2. Nathalie says:

    Très amusant mais pas très gentil pour un auteur qui se veut à un tournant. Ses livres précédents étaient faciles à lire, agréables et sans prétention. Celui-ci semble plus important, plus intellectuel, raté?

    • Je n’ai pas voulu critiquer si méchamment mais quelle déception.

  3. Marie-Claire says:

    Je suis d’accord avec toi sans le même talent pour le dire. Je lis partout que c’est le roman de la maturité, celui qui montre qu’il est un écrivain et pas seulement un auteur à succès, etc etc. Je trouve que c’est un livre prétentieux qui ne rend pas hommage au sujet et même le dessert.

    • Je vais faire lire ce commentaire à une fan déçue de ma critique, elle appréciera sans aucun doute :-)

  4. J’avoue que je ne connais pas cet auteur, et assez mal les auteurs français contemporains.

    • De même. C’est pour ça que je fais un effort particulier à lire des romans français quand mon coeur se tourne vers l’étranger naturellement

  5. Une fan déçue says:

    Finalement, en y réfléchissant, j’ai déjà été déçue par ce cher David Foenkinos.
    Il a écrit un petit livre « Bernard » que j’ai lu en 2012, l’histoire de Bernard, 50 ans qui voit sa vie basculer (enfin, tout est relatif!)… ce petit roman est un chocolat chaud à déguster au coin de la cheminée (pour ceux qui aiment le chocolat chaud), il est passé quasi inaperçu (malgré sa couverture un peu rouge), quel dommage!
    Début 2014, il sort « la tête de l’emploi », l’histoire de Bernard, 50 ans qui voit sa vie basculer (enfin, tout est relatif!), une histoire identique mais pas vraiment, des passages identiques mais pas vraiment bref une impression de déjà vu, de déjà lu, quel dommage!

  6. Fred says:

    Foenkinos est de l’easy-reading. Être déçu par ses livres c’est comme manger du milka et s’attendre à du Fauchon.

  7. Nathalie says:

    Il a eu le Renaudot!

    • Oui. À quoi bon donner un prix à un auteur qui vend déjà beaucoup, qui a un succès commercial et parfois critique. je n’ai rien contre Foenkinos qui semble par ailleurs sympathique et qui arrive à passer les portes sans problème. C’est que donner un prix à son roman qui n’est pas top et alors qu’il a déjà plein de succès est un peu bizarre voire paresseux de la part du juré.

  8. Bonjour Murielle ! tu sais je n’ai jamais adhéré à Foenkinos. Pas de style. Je préfère largement Christian Bobin qui lui sait se faire poète. Je n’arrive pas à comprendre qu’on puisse donner des prix littéraires à cet écrivain médiocre.. je reste courtois loll bel article comme toujours, toujours un plaisir de venir flâner par ici bisous bretons :) :)
    Frédéric.

  9. Elsa says:

    Ce qui est dommage avec Foenkinos, c’est qu’il est sympathique, on n’a pas envie de le critiquer, il a des choses à dire, il est loin d’être bête et sa démarche avec Charlotte était louable. Mais le livre n’est pas réussi et qu’il ait le prix Renaudot et le prix Goncourt des lycéens est un mystère. Il y avait mieux que son roman cette année.

quelque chose à dire