Mördaren ljuger inte ensam …

… Crimes of passion

La quasi suprématie du thermomètre, la franche nudité d’un Été avec Monika dans les années 50, Abba, les gravlax, les Moomins, les meubles en pin à monter soi-même, Fredrik Ljungberg, un état de bien-être général, mon ami Mag et les hommes au physique de viking … je considère la culture de la péninsule scandinave comme une force du bien dans le monde.

Mais cette liste engendre seulement une admiration légère à côté de l’enthousiasme avec laquelle j’ai embrassé la scène du crime scandinave du 21ème siècle, des détectives suédois aux policiers danois, voire même les duos suédo-danois.

crimes-of-passion

Maintenant le pays nous offre quelque chose d’un peu différent de l’assortiment des gros pulls en laine, de la pluie, et des navires porte-conteneurs. Voici Crimes of Passion – pour les puristes : Mördaren ljuger inte ensam – un semi-polar situé dans les années 50. Adapté des romans de Maria Lang – l’Agatha Christie de la Suède – il y a du «Miss Marple» rencontre «Mad Men», même si Mad Men a commencé dans les années 60 (mais les hommes sont coiffés pareil).

Vous vous souvenez de la scène d’ouverture de The Killing? Une jeune fille blonde en détresse est pourchassée à travers une forêt dans la nuit. Bon, eh bien dans Crimes Of Passion, ce n’est pas le cas. Enfin si, il y a une jeune femme d’abord vivante puis morte, mais c’est le milieu de la journée, en pleine lumière et la forêt est baignée de soleil.

Les hommes portent des vêtements genre cricket – blanc et beige – les jeunes femmes sont vêtues de robes d’été légères et pastel. Ils sont sur une île privée, mais pas comme l’île Hedeby enneigée de la fille avec le tatouage de dragon. La côte rocheuse lisse et la jetée est semblable à l’archipel idyllique du film de Bergman.

crimes-of-passion1

On voit d’abord Puck (prononcé « Pouk », jouée par Tuva Novotny au physique de lutin), donnant une conférence sur le suicide au pétiole de Thérèse Raquin face à une groupe d’hommes en costume-cravate, puis plus tard prendre un bain de soleil nue après avoir été invitée à passer la Saint-Jean avec son tuteur et des amis. « Pas de téléphone, pas de voisins, l’isolement total« , promet-il.

Situé dans le verdoyant Bergslagen et réalisé par Birger Larsen (qui avait probablement besoin de vitamine D après avoir travaillé sur Forbrydelsen/The Killing et Den som dræber/Traque en série), tout n’est que vision paradisiaque. Halo lumineux, pédalos, sieste dans la balancelle, cardigan jeté sur les épaules, brise légère, schnaps avec une bande de bellâtres avec mèches sur le coté,  musique jazz «wap-doo-woop» et bossa nova.

Détective amatrice, Puck observe, note les regards accusateurs, les échanges houleux et, au bout des 20 minutes règlementaires dans un film de ce genre, un cadavre de femme est trouvée dans les fougères. Voici donc l’arrivée du détective Don Draper-esque joué par Ola Rapace – ex-mari de Noomi Rapace, la Lisbeth de la trilogie La fille
La Suède est un petit pays pour les acteurs…

Obligés de rester sur l’île, les personnages sont tous suspects jusqu’à ce qu’ils soient mystérieusement assassinés l’un après l’autre. On ne s’empêchera pas de remarquer la ressemblance avec Dix petits nègres.

Mais peu importe. C’est un reproche mineur pour une série élégante, et légère qui nous rappelle qu’il n’y a pas besoin d’être dans la nuit et le froid pour avoir une âme sombre.

4 Comments

des choses à dire

quelque chose à dire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2011 - 2018 www.deschosesadire.net Tous droits réservés