The Fall

Lorsque The Killing a été diffusé pour la première fois, en 2011, ce fut comme une révélation. J’avais pris l’habitude des séries américaines – dont certaines avaient une production intelligente et convaincante – mais l’idée que les Danois puissent faire une série produite par une chaîne publique était beaucoup plus difficile à imaginer.

the_killing

Il y avait bien son équivalent français, Engrenages, mais c’était une création de la  chaîne privée Canal + (quoique la série était/est diffusée également sur la BBC4 sous son nom anglais Spiral). Pas grand chose du coté des chaînes publiques.

Près de quatre ans plus tard, dans un monde post Forbrydelsen, les séries dramatiques bien écrites sont devenues presque banales. Au cours des 18 derniers mois seulement, il y a eu Broadchurch, Broen, Happy Valley, The Missing, et surtout The Fall.

Un des effets de rupture avec The Killing, c’est qu’il y a eu un niveau d’authenticité dans la représentation de la souffrance émotionnelle – à la fois celle de la famille de la victime et de l’effet retard d’isolement sur l’héroïne/détective, Sarah Lund. La violence contre les femmes était équilibrée avec une femme forte (même si elle est bien endommagée). Et tandis que l’élan narratif était strictement celui du polar, ses perspectives psychologiques apportaient une réflexion, même si elle était plutôt sombre. Ce n’était plus uniquement le « whodunit« .

Cette combinaison a rapidement redéfini le genre. Dans une mesure plus ou moins grande, les séries qui ont suivi dans le sillage de The Killing s’y conforment toutes, mais il y a peut-être une exception notable avec The Fall.

Oui c’est sombre, oui il y a une réflexion et oui il y a une femme forte. Mais à la différence des autres, l’identité du tueur est connue dès le début.

the-fall

Un peu comme Columbo. Mais avec la sophistication et le temps en plus. Et cette « nouveauté » a permis plusieurs développements distinctifs. Tout d’abord, celui qui suit la série devient voyeur, il est dans la position inconfortable de regarder le tueur. Ensuite, on lui évite de passer par toutes les étapes du soupçon : pas de rendements différents, pas de pièges pour maintenir le suspense,  mais une lenteur pour laisser s’installer l’histoire. Presque rien ne se passe et pourtant… Enfin, on humanise un psychopathe d’une manière qui pose des questions gênantes mais réelles – en particulier sur les nombreuses femmes attirées par les serial-killers.

The Fall est une série formidable parce que le sadique meurtrier n’est pas un « loser » socialement inadéquat, mais un très beau gosse irlandais, travailleur social à la voix douce, époux, père aimant de deux jeunes enfants et bénévole dans un centre de prévention du suicide.

Si vous ne saviez pas qu’il passe ses soirées libres à arpenter les rues de Belfast avec une cagoule, à rentrer dans les maisons de jeunes brunettes pour les étrangler dans leurs lits avant de baigner leurs cadavres et de les manipuler comme des poupées grandeur nature, vous ne pourriez pas le deviner en le regardant. Comme quoi la vieille maxime « ne jugez pas un livre à sa couverture » a du vrai. Encore qu’avec Charles Manson…

jamie-dorman

Spector (Jamie Dorman) a envahi l’imagination des spectateurs avec le même calcul furtif utilisé pour envahir la maison de ses victimes.

Heureusement, il y a Gillian Anderson en tant que détective Stella Gibson pour nous éviter d’être séduit(e)s par Spector. Avec son attitude froidement composée et une sexualité puissamment affirmée, elle est le fantasme féminin approprié pour lutter contre le charme terrible de Spector. Quoique au fur à mesure des épisodes, on se garde bien d’oublier que Spector, tout aussi séduisant qu’il soit, est un être sadique, manipulateur et répugnant.

La saison deux a gardé toute sa puissance dramatique. Même si les thrillers les plus intelligents ne sont aussi plausibles que leurs scènes les plus faibles.

Il y a plusieurs moments improbables mais l’histoire reste forte, les acteurs sont toujours aussi bons, et la tension est encore à un niveau qui nécessite de vérifier qu’on a fermé à double tour portes et fenêtres avant d’aller se coucher…

3 Comments

des choses à dire

quelque chose à dire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2011 - 2018 www.deschosesadire.net Tous droits réservés