Snow Therapy

Il y a plusieurs années de cela, un épisode de Seinfeld intitulé « The Fire », dans lequel George donne l’alarme à sa façon quand il s’aperçoit qu’il y a un danger. À la vue de la fumée à la fête d’anniversaire d’un enfant, il s’enfuit. C’était l’un des points forts de la série, et pas seulement parce que Jon Favreau jouait un clown de colère. L’épisode posait une grande question sociale d’une manière très drôle : quelle est la loi qui dicte aux hommes qu’ils devraient mettre les femmes et les enfants d’abord ? Ou est-ce que les hommes sont plus susceptibles que les femmes de se placer avant leur famille? Et si c’est leur votre instinct, votre mariage peut-il le surmonter?

Le suédois Ruben Östlund, prend ces questions et les traite avec force dans Snow Therapy.

 

snow-therapySynopsis :

Une famille suédoise passe ensemble quelques précieux jours de vacances dans une station de sports d’hiver des Alpes françaises.
Le soleil brille et les pistes sont magnifiques mais lors d’un déjeuner dans un restaurant de montagne, une avalanche vient tout bouleverser. Les clients du restaurant sont pris de panique, Ebba, la mère, appelle son mari Tomas à l’aide tout en essayant de protéger leurs enfants, alors que Tomas, lui, a pris la fuite ne pensant qu’à sauver sa peau…
Mais le désastre annoncé ne se produit pas, l’avalanche s’est arrêtée juste avant le restaurant,  et la réalité reprend son cours au milieu des rires nerveux. Il n’y a aucun dommage visible, et pourtant, l’univers familial est ébranlé.
La réaction inattendue de Tomas va les amener à réévaluer leurs rôles et leurs certitudes, un point d’interrogation planant au-dessus du père en particulier. Alors que la fin des vacances approche, le mariage de Tomas et d’Ebba est pendu à un fil, et Tomas tente désespérément de reprendre sa place de patriarche de la famille.

Tomas dit avoir besoin de ces vacances pour recentrer son attention sur la famille après avoir travaillé trop dur. Ce commentaire frappe immédiatement comme un signe que les choses ne sont pas parfaites, mais sont peut-être parfaitement typiques, dans leur mariage. Tomas semble être un père aimant, présent et affectueux; mais il est aussi nettement moins en phase avec ses enfants que sa femme. Cependant, la famille semble avoir une base solide.

snow-therapy2

Cette fondation vacille dès leur deuxième jour, avec « l’incident » de l’avalanche.Tomas est clairement embarrassé et les enfants ont eu peur ; mais pour sa femme, les événements sont beaucoup plus traumatisants. Comment peut-elle continuer, sachant que dans l’urgence, son mari ne pensait pas à elle et à leurs enfants ?

Ruben Östlund avait auparavant réalisé Play, un film qui présentait une vision darwinienne très sombre du harcèlement des enfants par d’autres enfants à l’école. Les ados harceleurs d’origine magrébine, s’attaquaient à des enfants plus jeunes et blancs. Les adultes témoins des scènes n’intervenaient pas de peur d’être taxés de racistes.

Snow Therapy joue encore avec notre obsession d’être vus « faire la bonne chose ». Les responsabilités de Tomas comme père devraient l’emporter sur son propre instinct égoïste, mais ce n’est pas le cas. Sa femme dégoûtée pourrait l’accepter si Tomas admettait sa lâcheté naturelle, mais il ne peut pas. Alors il continue de paraître un bon père alors que sa nature profonde va dans l’autre sens. C’est une force qui ne peut pas être arrêtée, une avalanche qui menace de le submerger, cette fois pour de vrai.

La manipulation d’Östlund de la scène d’avalanche est glorieuse, mais ce n’est pas la pièce maîtresse du film. La cinématographie, par Fredrik Wenzel et Fred Arne Wergeland, capte magnifiquement la nature extraterrestre d’une pente de ski une aire de jeux pour les classes aisées parquées dans un désert blanc. Les imperfections sont lissées la nuit pour le lendemain, mais le risque d’effondrement est toujours présent.

Les choses se compliquent quand d’autres personnes sont introduites dans le débat. Il y a Charlotte en vacances sans ses enfants et son mari, qui ne voit aucune raison pour laquelle une femme – et mère – devrait mettre ses besoins à la fin de la liste, et questionne la vision d’Ebba du mariage. Et puis, il y a le meilleur ami de Tomas, Mats divorcé et sa jeune petite amie Fanni qui sont entraînés dans la conversation quand Ebba atteint son point de rupture, et pleure sur les événements.

snow-therapy-night

Les conversations sont hilarantes, réelles, et parfois difficiles à regarder, parce-que le traumatisme d’Ebba est devenu quelque chose de beaucoup plus grand que l’avalanche, et ne justifient en rien les rires de Tomas.
Un des aspects les plus drôles et les plus frais du film est quand il déplace son attention sur Fanni et Mats. Nous avons tous été là : témoins des problèmes d’un autre couple, et parfois essayant de nous mettre dans la même situation. Le débat devient un argument sur les instincts, le sexe, l’âge, et même l’histoire, et bientôt ils disent des choses qu’ils regretteront plus tard.

À la lumière de la récente actualité, sur le mariage pour tous, avec tous les débats sur le mariage traditionnel et les relations moins traditionnelles, c’est toujours intéressant de voir l’examen d’une famille classique, la différence des sexes et la vision de chacun disséqués au scalpel.

En nous invitant à nous regarder honnêtement, Östlund souligne nos incohérences, nos tentatives de justifications pour excuser nos pires hypocrisies et lâchetés. Finalement, sans être le meilleur film de l’année, Snow Therapy est un film effrayant. Il brosse hors de notre couche de surface, et nous montre la vérité de glace en dessous.

 

4 Comments

des choses à dire

quelque chose à dire

Copyright © 2011 - 2019 www.deschosesadire.net Tous droits réservés