Big Eyes

J’ai vu Big Eyes de Tim Burton. J’ai accepté de le voir à reculons. Tim Burton ne m’enchante guère. Sauf Big Fish qui fait partie de mes films bien aimés. Peut être que je n’aime que les films de Burton avec Big dans le titre? Ou alors j’aime ses films quand sont absents ses acteurs fétiches. Peut être parce que je n’aime pas Johnny Depp.

Ceci dit, j’ai vu Big Eyes et j’ai aimé. Normal. Il y a Christoph Waltz.

big-eyesL’histoire :

Dans l’Amérique des années 50, une artiste femme a peu de chance de percer, c’est pourquoi Walter réussit à convaincre Margaret de lui accorder la paternité de son oeuvre, lui permettant d’acquérir une renommée internationale. Mais Margaret finit par regretter son choix et reprendre ses droits.

Evidemment une histoire de femme, d’artiste qui prend sa liberté dans une société patriarcale allait me plaire, mais trêve de plaisanterie. C’est une histoire vraie, le biopic de l’artiste contemporaine Margaret Keane.

Voilà donc un film où Burton utilise son propre savoir-faire et talent pour raconter une histoire de personnages dont les oeuvres sont rejetées. cette fois-ci l’objet de son affection n’est pas réalisateur de films de série B, mais une artiste appelée « Keane », qui peint des tableaux macabres et naïfs de femmes et d’enfants avec de très grands yeux.

Là, c’est la vraie (avec Walter au fond) :

 

Margaret Keane and husband Walter add finishing touches to portraits of Natalie Wood - 1961
Margaret Keane and husband Walter add finishing touches to portraits of Natalie Wood – 1961

Contrairement au critique hautain du New York Times,  John Canaday (Terence Stamp) qui rejette de la main la peinture de Keane, comme la quintessence du kitsch, Burton est enchanté par elle. Il ouvre le film avec une citation à double tranchant d’Andy Warhol : « Si c’était aussi mauvais, beaucoup de gens n’aimeraient pas. »

Au cœur de Big Eyes est une fraude gigantesque. Le monde extérieur pense que le travail de « Keane » a été faite par Walter Keane (Christoph Waltz) quand son épouse Margaret (Amy Adams) est la véritable artiste.

Les raisons de la tromperie sont complexes. Dans son style typiquement bizarre et délicat, Burton souligne le snobisme culturel, le sexisme, la situation difficile des femmes mariées à la fin des années 50 en Amérique, et la jalousie artistique.

Big Eyes est magnifiquement tourné en couleur et en panoramique. Les scènes de San Francisco, avec le Golden Gate Bridge et les rues abruptes et vertigineuses, ravivent des souvenirs de Vertigo d’Alfred Hitchcock. Même si Margaret – dépeinte par Amy Adams – est plus Doris Day que Kim Novak. Elle est mutine, pudique et avec des cheveux blonds. Elle est une femme quelque peu passive mais elle joue le rôle magnifiquement.

Margaret est très consciente qu’en tant que femme divorcée de la classe moyenne avec un enfant, elle a peu de statut dans la société patriarcale. En arrivant dans la grande ville, elle est naïve et perplexe – et ne sait même pas ce qu’est un espresso. Dans le même temps, elle a une volonté de fer qui lui permet de se « réinventer » et se consacrer à la peinture de ses images très étranges.

Christoph Waltz est à la fois drôle et effrayant en tant que Walter, le vendeur immobilier qui essaie de convaincre le monde – et lui-même – qu’il est un artiste. Il a le bagout et le style, en s’habillant comme Gene Kelly dans Un Américain à Paris. Mais pour tout son charme, il a un sentiment de désespoir autour de lui. Il ne peut pas échapper à sa propre médiocrité intérieure ni même à une certaine folie.

waltz-huston

 

Dans les films fantaisistes de Burton, le style visuel peut parfois sembler écrasant. Les costumes, le maquillage, la production, la conception et les jeux de caméra sont tous tellement extravagants que la dimension humaine se perd parfois. Dans Big Eyes, les tendances expressionnistes du réalisateur sont tenues en échec. Bien sûr on reconnaît son style mais il est plus silencieux et « plus terre à terre ».

C’est une satire affectueuse des personnages. Satire équilibrée qui voit l’absurdité du monde. Il aurait été trop facile de dépeindre Walter comme le méchant chauvin, sans goût esthétique ou talent qui intimide sa femme en lui faisant croire que le public n’acceptera pas son travail.  On éprouve de la sympathie pour cet homme quand il est dénigré par Canaday ou par le marchand d’art moderniste Ruben (Jason Schwartzman).

 

Moquerie des média également, qui ont le pouvoir de booster la valeur et la réputation d’un artiste. L’une des raisons pour laquelle le travail de Keane se vend, c’est qu’un journaliste – et également le narrateur approximatif – y voit un angle pour écrire un article.

Enfin, il y a des couches d’ironie.  Walter va à l’extrême pour défendre la réputation de « ses » peintures. « Quel est le problème avec le plus petit dénominateur commun? Ce pays s’est construit sur ça« . Il a le génie du marketing. «Les gens se fichent que ce soit une copie. Ils veulent juste de l’art qui les touche», est sa philosophie quand il débite des milliers d’affiches qui sont accessibles et abordables pour un public qui n’ira jamais à proximité d’une galerie d’art élitiste.

 

Les peintures de Keane ont en effet une qualité qui intrigue les spectateurs. Margaret ne peut pas les expliquer,  elles expriment une partie de son être. (C’est pourquoi la décision de son mari de prendre sa place semble si insensible.) Alors Walter trouve une histoire farfelue sur les peintures représentant le sort des orphelins d’après-guerre en Allemagne. Cela semble satisfaire le public mais, comme les statues de l’île de Pâques, ces peintures sont impénétrables. Nous n’avons pas de sens réel, ni le pourquoi. C’est bien comme ça.

Big Eyes a toutes les caractéristiques des mélodrames des années 50 où des femmes comme Joan Crawford surmontaient leur chagrin, souffrance et vie domestique pour se construire une nouvelle vie. Et dans ce style typiquement « Burtonien » mais plus subtil, le film offre un biopic délicieusement décalé et subversif d’une artiste à découvrir.

 

4 Comments

des choses à dire

Depuis Sleepy Hollow j’avais décroché de l’univers Burton, et quand j’ai vu celui-ci je me suis dit enfin ! Enfin il se débarrasse de ses mêmes films avec ses mêmes acteurs et ce sujet me touche personnellement, j’ai vraiment hâte de le voir aussi.

Beau week end Murielle ;)

je l’ai vu ce week end et j’ai beaucoup aimé. C’est vrai qu’il n’y a pas les éléments plus gothiques de ses films avec Johny Depp et ça fait du bien. C’est un film assez classique de la part de Burton, ça change et c’est bien. L’histoire de cette femme est extraordinaire.

quelque chose à dire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2011 - 2018 www.deschosesadire.net Tous droits réservés