condemnant quod non intellegunt

Written by murielle

 

La destruction de la culture irakienne continue. Les jihadistes du groupe Etat Islamique ont détruit dans le nord de l’Irak des trésors pré-islamiques en réduisant en miettes des statues, frises et autres trésors pré-islamiques. On les voit dans le Musée de Mossoul s’en donner à cœur joie détruire des objets inestimables des périodes assyrienne et hellénistique, datant de plusieurs siècles avant l’ère chrétienne.

«Ces oeuvres représentent le berceau de la civilisation et une partie de la civilisation occidentale. C’est un désastre, un catastrophe. Ces pièces ont traversé les siècles et les siècles et ont été détruites pour rien» explique la conservatrice honoraire du Louvre.

De même, la bibliothèque centrale de Mossoul a été saccagée par l’EI et 100 000 livres et manuscrits ont été brûlés. Plus tôt ce mois-ci, la tête de l’éducation de l’ONU, la science et la culture (Unesco) a tiré l’alarme sur «l’un des actes les plus dévastateurs de la destruction des collections de la bibliothèque de l’histoire humaine. »

Certes ceci n’est rien à coté des autres actes barbares qu’ils ont commis sur les femmes, enfants et hommes. Ce n’est rien à coté des violences que la population subit chaque jour, chaque heure depuis des mois, des années.

Mais en touchant également à la culture, l’EI exerce un crime contre les hommes qui sont fiers de leur culture et éducation. C’est un crime qui fait partie de la trajectoire de destruction culturelle depuis l’invasion de 2003. C’est une destruction qui vise à effacer la mémoire et, surtout, l’identité collective.

 

mosul_library

Et ceux qui sont responsables de la destruction historique, peu importe la rhétorique adoptée, sont des criminels de guerre.

Parce qu’en détruisant le patrimoine et les symboles de la connaissance, l’EI marque une nouvelle étape dans son nettoyage culturel. Il ajoute à la destruction systématique du patrimoine et la persécution des minorités pour éliminer la diversité culturelle qui est l’âme du peuple irakien.

La destruction intentionnelle de la culture et de l’histoire des peuples, mène à un monde dystopique où la population vivra sans aucune autres références que celles du pouvoir autoritaire en place. Comme la Corée du Nord, comme d’autres dictatures du passé ou du présent, ce sera un monde inhumain, remplacé par un cloaque inorganique de haine, de cauchemars et d’oppression.

 

Flame of burning paper sheet stack 08

Pour savoir où nous allons, nous devons savoir où nous en sommes et de savoir où nous sommes, nous devons savoir d’où nous venons. La destruction de la preuve matérielle de l’histoire nous laisse dans l’incertitude sans aucun sens de temps, de lieu, de but ou d’identité.

Le savoir est le pouvoir, l’EI l’a compris. La science, la littérature, tout ce qui est contenu dans un livre est ce qui est le plus détesté. Parce que le livre est l’objet emblématique de la pensée, il est un symbole de réflexion intellectuelle. Il est ce qui élève l’homme et le rend plus fort. Et c’est parce l’E I ne possède pas ce savoir, qu’il l’enlève aux autres. Brûtalement, comme d’autres avant eux à d’autres périodes.

Et plutôt que les limbes, la destruction de la connaissance consigne leurs auteurs aux enfers. Quels qu’ils soient.

8 thoughts on “condemnant quod non intellegunt

  1. Fred says:

    Oui. Autodafé des livres, destruction de la culture et annihilation de ce qui pourrait élever les gens. C’est bien le retour de la barbarie.

  2. Benoit says:

    le titre en latin me donne toujours une occasion d’en apprendre plus.

  3. Amaya says:

    Être né avec une condition humaine et se comporter ainsi , c’est terriblement triste … . C’est comme tenir entre ses mains une coupe en or sertie de diamants et autres pierres précieuses et n’y voir qu’un réceptacle à vomissures alors que cette coupe pourrait leur apporter les richesses pour des siècles ; Oui ils ouvrent les portes de leurs souffrances en croyant ouvrir celles de leur bonheur , quelle ignorance !!! …. ces œuvres étaient l’expression de nos joyaux , les vies humaines sont les joyaux , puisse cela cesser rapidement ; puissent ces barbares redevenir un jour des hommes. Fort heureusement il y a des transmissions de connaissances par la parole , et on ne peut casser les esprits détenteurs à coup de marteau .

  4. Cela rappelle la « Querelle des Images », à Byzance de 723 à 843. J’ai envie de dire qu’il faut mieux qu’ils s’attaquent aux choses, qu’à égorger ou brûler des être humains.

    • oui c’est évident mais c’est le fait de détruire la culture qui est la source de l’ouverture à l’autre, de la connaissance. Détruire la culture c’est ouvrir la porte à l’ignorance et donc l’intolérance. Que vont devenir ce qui vont naitre et grandir sans références culturelles? Des esclaves?

quelque chose à dire