j’aime #20

1. Une nouvelle série tout juste sortie aux États-Unis d’Amérique : Mr Robot. Probablement la meilleure si ce n’est la seule représentation à la télé des hackers, du spectre autistique et des problèmes avec l’anxiété sociale. Les allusions à Anonymous ne sont même pas masquée et le traitement de l’actualité version complotiste est bien fait. Il y a une atmosphère Fight Club plutôt bien. Enfin, les titres sont délicieusement geeky : eps1.1_ones-and-zer0es.mpeg

2. La nouvelle série anglo-américaine Humans. Ben oui, il n’y a plus rien sur les zombies, alors je passe aux robots. C’est le remake de la série suédoise Äkta Människor (Real Humans, à l’international) et c’est réussi. Puis il y a William Hurt. On se demande toujours si un être pensant est nécessairement un être qui ressent et qu’est ce qui fait de nous des humains? Oui, on peut réfléchir et se divertir sans prise de tête.

3. Les murs blancs. Quel dommage que dans mes multiples talents ne figurent pas la peinture. Traces de pinceaux, rouleaux et différences de couleur entre le plafond et les murs rendent justice à l’expression « travail d’amateur ». À moins que ce soit à « art contemporain ».

4. Ce mois de juillet, si on met de coté, la fatigue, la chaleur, les moustiques et la foule, j’aime ce mois. Je préfère tout de même les autres saisons.

5. Les bières fraîches, les verres de vin bus en terrasse en bonne compagnie. J’aime la légère ivresse des soirées qui se prolongent dans la nuit. j’aime aussi savoir m’arrêter après deux verres et continuer à m’amuser.

6. J’aime avoir encore une liste de « j’aime » plutôt que « je n’aime pas ». Et pourtant il y a plein de choses qui me peinent. Mais l’idée est de rester sur une note positive et heureuse.

9 Comments

des choses à dire

Tu veux dire que tu n’as pas réussi à peindre tes murs blancs? Deux ou une couche? Rouleau ou pinceau? C’est pourtant simple!

Peindre des murs/plafond même en blanc, j’aurais tendance à dire : c’est technique tout de même et effectivement éviter que les coups de rouleaux ou de pinceaux se voient : pas si évident que ça du tout.
– choisir une peinture de raltive bonne qualité (pas trivial déjà)
– le satiné m’a donné de meilleurs résultats que du mat au niveau traces et facilité d’application

S’arrêter après deux verres : oh oui !
Le troisième appelerait le quatrième et franchirait cette frontière fragile où l’on profite tout en délicatesse.
Les séries zombies/robots : sur les zombies j’avais lu qq part qu’ils pouvaient représenter le bas peuple qui d’un coup se révoltait et allait dévorer ceux un peu plus haut placés. Pour les robots : qui/que repésenteraient-ils ? Des zombies plus intelligents mais à surveiller ?? sais pas

Laissant de côté , vin , bières et séries , il me reste les murs blancs …. bha ça ne reste jamais vraiment blanc longtemps (je ne regarde plus les traces de mains et de pieds de mes chers enfants gymnastes à leurs heures imaginaires , à côté , les traces de pinceaux , c’est de l’art miniature !)

Pas de petits ninjas chez moi, alors l’envie de les garder blancs, et de laisser mes cadres par terre pour un bon moment. J’aime la lumière que ça dégage après avoir vécu dans une espèce de grotte pendant quelques années, la luminosité et le blanc me plaisent pas mal.

Je pense que dans le thème commun dans la plupart des séries – que ce soit avec des robots, zombies et autres espèces pas tout à fait humaines – est le rapport à la différence, la représentation de l’autre qui est semblable mais pas entièrement comme un danger ou une attraction. Dans « Real Humans » la version originale suédoise, c’est très bien analysé, on pourrait remplacer par immigration ou homosexualité. L’autre est considéré comme attractif ou repoussant, c’est selon. Et l’idée d’un monde totalitaire, ce qui est très suédois dans le thème.

quelque chose à dire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2011 - 2018 www.deschosesadire.net Tous droits réservés