Eux c’est nous

Written by murielle

C’est compliqué les livres pleins de bons sentiments. On veut vraiment les aimer, les lire, les offrir et en parler aux autres. Et puis on se dit qu’un énième livre, même court, même écrit par Daniel Pennac, même à bon prix et dont le produit de la vente va à la Cimade (association qui vient en aide aux réfugiés et aux demandeurs d’asile) cela ne suffit pas.

Eux c’est nous est le fruit du travail collectif de plusieurs éditeurs jeunesse qui ont voulu faire quelque chose face à la situation et s’adresser aux enfants et familles. Outre Pennac, Jessie Magana et Carole Saturno, à partir des 8 lettres du mot RÉFUGIÉS, proposent 8 courts textes pour aider les plus jeunes à comprendre.
Enfin, Serge Bloch dessine.

eux-cest-nous

 

Mais voilà ça ne le fait pas. Peut être parce qu’avec ma petite expérience de bibliothécaire jeunesse, et de grande lectrice, « les livres qui expliquent » sont rarement lus. Oui ils sont achetés et offerts, oui ils figurent dans les meilleures ventes et c’est tant mieux.

Mais voilà, il ne faut pas voiler la face. Une histoire « politique » et sociale pour les petits ne passe pas toujours très bien. Les parents concernés auront déjà lu des histoires de réfugiés, d’enfants de la guerre et autres histoires d’immigration qu’elles soient factuelles ou fictives (bibliographie sur demande).

Les magazines enfants, Okapi, Phosphore et les autres auront aussi déjà fait le – bon – travail pour une explication adaptée.

Et les autres parents, ceux qui sont contre l’accueil des réfugiés, n’achèteront pas le livre, ne liront pas d’histoires, n’expliqueront rien et ne changeront pas d’avis, ancrés dans l’ignorance, obstinés dans l’inhumanité…

8 thoughts on “Eux c’est nous

  1. Emma says:

    Il y a du vrai dans ce que tu dis. C’est la même chose que le livre de Stéphane Hessel « Indignez vous ». Beaucoup l’ont acheté, petit prix, parfait cadeau pour les bien pensants mais qui l’a lu? C’est cynique mais je pense que ceux qui l’achètent ont ainsi l’esprit tranquille, ils ont fait leur BA.

  2. Benoit says:

    J’ai fait ma liste des livres pour Noël en parcourant tes critiques. J’ai quasiment relu tous tes articles sur la littérature depuis 2011! Celui-ci ne fera pas partie de la liste.
    Les bonnes actions passent par le don d’argent ou le volontariat ou les actions . Et je continuerai surtout à montrer l’exemple. J’avais oublié le livre d’Hessel, merci Emma de le rappeler. On voit que tout ça ce sont des bons sentiments mais que l’action est ailleurs.

  3. Amaya says:

    Je reste interessée par l’ouvrage .
    J’ai déjà apprécié un autre petit ouvrage sur ce thème plus anciens de la Cimade , hélas. Malgré tes réserves que j’entends tout à fait , je reste convaincue qu’un petit livret peut être une agréable et discrète découverte , il peut aussi raviver une mémoire poussiéreuse et blasée , ou dissiper les idées « vagues » indifférentes mais pas méchantes … connaitre est aussi une action , un souffle sur les braises pour les maintenir chaudes
    alors oui pourquoi pas comme cadeau de noël ou laissé sur un banc au passant , merci pour l’info .

    • Pareillement, j’entends bien tes arguments qui sont justes et l’idée de le laisser sur un banc est une jolie idée. Quelque part près d’une église, ou d’autres lieux « bien pensants »…

  4. Ma femme l’a acheté vendredi. Pas pour nos enfants, qui sont grands, ni pour nos petits enfants, que nous n’avons pas encore (pas pressés…) mais pour nous. Pour Pennac surtout que nous apprécions et le sujet. Mais vous avez sans doute raison quand à son efficacité…

    • Oui une piqûre de rappel ne fait pas de mal. Ce doit être mon cynisme du dimanche

  5. Laurent says:

    les deux points de vue sont compatibles et chacun fait ce qu’il peut dans sa ligne de travail…

  6. Amaya says:

    bon ben j’en ai acheté deux pour les offrir à mes enfants ; à Noel offrir une petite occasion de penser aux autres , ça peut être un joli cadeau ; j’ai lu c’est bien et finalement je me dis que mes capacités d’actions ne sont pas celles d’un dirigeant mais que les miennes sont ici à commencer dans mon esprit , puis mon foyer , mes voisins , mon quartier , sur les bancs … déjà ne pas laisser totalement mon esprit dévoué à la haine quand elle se pointe et quand elle a pris place , éviter les propos violents , blessants , dans la famille , dans le quotidien … ça on peut le faire , on peut au moins témoigner de cela. On a encore ici toutes les conditions favorables .
    J’ai trouvé aussi celui-là , les bénéfices sont reversés au Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés , 34 auteurs réunis

    http://culturebox.francetvinfo.fr/livres/evenements/34-auteurs-publient-bienvenue-un-poche-pour-les-refugies-231833

quelque chose à dire