La nuit avec ma femme

C’est officiel, Samuel Benchetrit est un homme presque parfait. Talentueux, plutôt intelligent et beau gosse. Je savais déjà qu’il écrivait bien avec entre autres Le coeur en dehors et qu’il faisait de bons films avec par exemple Janis et John. 

Victime collatérale d’un fait divers qui ne l’était pas, il a su faire montre de pudeur et d’intelligence dans un drame bouleversant.

dessin-marie-trintignant-samuel-benchetrit_5653671Il vient d’en faire un livre. Un récit publié chez Plon, La nuit avec ma femme dont le derrière de couverture suffit comme résumé :

« J’ai passé plus de temps que toi sur cette Terre. Et notre différence, c’est que moi, je t’ai perdue. C’est parce que j’ai continué à vivre que je le sais. J’ai voulu être seul souvent pour être avec toi. Il faut bien donner son temps aux amours invisibles. S’en occuper un peu. Encore maintenant je me demande comment tu vas. Ce que tu fais. Je cherche de tes nouvelles. J’invoque la colère pour que tu la calmes. Quelques rires où tu me rejoindrais. Et le soleil a changé, puisqu’il manque une ombre. Mais je suis heureux. Et c’est à ton absence que je dois de le savoir. »

Voilà. Et comment dire… Face aux apologistes/fans aveuglés du chanteur de Noir Désir, un texte tout en douceur et rage rentrée qui explique ce que la violence conjugale, la violence d’un homme immature, a comme conséquences. Parce que la violence d’un homme ne s’arrête pas derrière une porte, ce n’est pas à un instant t.

C’est un acte insensé avec des effets multiples et durables. Comme il le dit lui-même dans un entretien « les coups assénés à une femme par un homme violent voyagent dans le temps. C’est une gifle générale, qui fait des tas de victimes, et bien au-delà de l’instant de l’impact. »

Et malgré tout cela, ce n’est pas un livre de colère ou de vengeance. C’est un hommage, un moment invoqué, passé avec une femme rare, à part. C’est une lettre d’amour à la femme absente,  parce que la tendresse, la souffrance de l’absence et le manque, eux, ne discontinuent pas.

Les vivants font plus de signes aux morts que les morts n’en font aux vivants.

quelque chose à dire

Copyright © 2011 - 2019 www.deschosesadire.net Tous droits réservés