The Fall – la fin

Written by murielle

Bon et bien ça y est. La saison 3 de The Fall est terminée. Stella Gibson ne va plus marmonner comme une femme qui a perdu ses clés ou sa tête, et Paul Spector est mort.

Dans sa première saison, The Fall était un jeu tendu du chat et de la souris. L’histoire d’horreur d’un homme de famille normale avec un secret monstrueux, suivi par une officier de police mystérieuse incapable d’expliquer son attirance pour ce cas.

Chaque épisode – tout comme les meurtres de Spector – devenait de plus en plus brutal et le cercle qui se resserrait autour de lui était encore plus  angoissant. C’était un thriller adulte, sexy, avec un suspense effrayant et approprié.

the-fall-anderson-dorman

Il a plus ou moins tenu ses promesses. Avec parfois quelques déceptions ; comme la dernière scène de la première saison. Gibson est finalement censée être face-à-face avec Spector, nous permettant de voir toute la violence et l’alchimie qui avaient longtemps été promises. Sauf que ça ne se produit pas. Gibson est au téléphone avec Spector, grommelle quelque chose et c’est tout…

La 3e saison de The Fall ne déçoit pas. Spector raconte une partie de son histoire, placide, et la performance retenue de Jamie Dornan attire une fois de plus, en ne délivrant que des bribes. La livraison mesurée de Spector – comme sa colère – fermente sous la surface face aux accusations déterminées mais calmes d’Anderson.

Toute la saison aurait pu être un huis-clos entre les deux dans cette pièce d’interrogation et on n’en aurait pas manqué une miette. Le jeu de pouvoir, le déséquilibre décalé sont fascinants dans les scènes d’interrogatoire où chacun creuse dans les failles de l’autre.

Spector est verbeux, littéraire, avec des phrases comme « choc existentiel » et « incontesté par une puissance divine ou laïque ». Il décrit son harcèlement criminel fétichiste des femmes comme « travaillant sur un projet » et a appelé Gibson une « vieille fille stérile » avec une cruauté calculée. Il est intelligent, mesuré et incroyablement perturbé.

Pourtant il est difficile par moment de ne pas éprouver de pitié pour un meurtrier lui-même sans pitié. Une mère suicidée, une enfance dans un centre dirigé par des prêtres pédophiles, son amour de père pour sa fille « te voir grandir a été la meilleure chose qui me soit arrivée » parviennent à presque occulter son indifférence pour son fils et sa femme et ses crimes. Il est dangereusement attirant mais trop inquiétant pour être aimé.

the-fall-jamie-dorman

La saison 3 commence et se conclut avec un bruit sourd et définitif, difficile à appréhender. Il faut rendre hommage au talent du scénariste Allan Cubbit qui a préféré la combustion lente, parfois frustrante aux fausses pistes et effets de manche trop évidents. Les évènements s’enchaînent, certains brutaux et inattendus mais finalement logiques.

Et comme souvent dans la vie, le sentiment d’inachevé prend tout de même sens. Enfin et surtout, la conclusion nous permet de voir comment les victimes directes ou collatérales font face et « continuent » leur vie même si l’enquête n’a pas été emballée avec un joli petit noeud.

Une saison 4 de The Fall serait en projet. Toujours avec Gillian Anderson mais évidemment sans Jamie Dorman. Il sera difficile à remplacer.

9 thoughts on “The Fall – la fin

  1. Audrey says:

    Une des meilleures séries vues ces dernières années !

    • Oui. j’aime quand une série donne à discuter ensuite, à questionner les motifs, à s’interroger, etc.

  2. Fred says:

    Oui et Spector a gagné. Il savait qu’il n’avait aucune chance de s’en sortir, il savait qu’il était bousillé et comme il n’allait jamais aller mieux alors il se suicide en battant Stella à la fin. D’autant que le moyen choisi lui donne le pouvoir (il le dit lui-même que c’est d’avoir le pouvoir et de le contrôler).

    • C’est comme ça que je l’ai aussi ressenti. Je pense aussi que sa perte de mémoire n’est pas simulée. Et qu’une part de lui est dégoûtée de lui-même. Sa discussion avec le psy montre bien qu’il ne pourra pas changer et quel avenir pour lui et sa famille? Le mieux est de mourir. Avoir le contrôle une dernière fois.

  3. Pierre says:

    Est-ce que quelqu’un à la signification du mot qu’il laisse tomber devant l’établissement psychiatrique, celui que Stella ramasse et qu’on voit chez elle juste avant la fin de cette 3ème saison ?

  4. Sarah says:

    Je pense que Specror aimait réellement sa fille (sa condition pour indiquer le lieu où était rose était d’avoir un ultime échange avec elle).
    Je pense aussi qu’il avait deux personnalités , ce n’était pas que des rôles. il avait son côté narcissique et sadique et de l’autre sa vraie personnalité (personnalité d’ailleurs frappée quand il a découvert que sa deuxième victime était enceinte). On peut voir qu’il parle à lui même dans la caméra comme s’il parlait à une tierce personne lorsqu’il détient rose.
    Je pense que Spector a été vraiment frappé d’amnésie. Il s’est réveillé avec sa « bonne » personnalité. Et petit à petit son autre à pris le dessus, sans même qu’il se soit souvenu des six dernières années.

    • C’est peut-être pour ça que cette série est excellente, parce que jusqu’au bout il restera le doute et l’ambiguité. :-)

quelque chose à dire