Passé composé

écrit par murielle

Il l’a quittée. Quand on lui a demandé pourquoi, il a dit:  » trop de passé en commun ».  Tout le monde a pensé que c’était une expression triste. Personne n’a compris qu’il donnait seulement un éclairage différent, un éclairage qui contredit la mythologie du mariage – celle qui dit que le temps apporte un approfondissement et un enrichissement dans la vie d’un couple. Celle qui dit que nous partageons des souvenirs, des expériences comme la rencontre, parfois des enfants, parfois du bonheur et parfois des tragédies. 

Parce que les souvenirs sont après tout, uniquement des fantômes, des moments qui s’en sont allés pour toujours et dont ils ne restent que de pâles reflets. Mais comme des instantanés superficiels, une fois partis, ils n’ont plus de pouvoir.

Il pense que les couples n’ont que sept ou huit sujets de disputes. Ce sont les mêmes arguments répétés encore et encore, et leur force ne fait qu’augmenter au fil des années. Il n’avait plus envie de ça. Parce qu’avec elle rien n’était jamais réglé, il ne pouvait plus entendre les mêmes mantras: « tu fais toujours ça », « tu ne changeras jamais », « pourquoi tu ne m’écoutes jamais »? Il avait compris que rien n’est jamais résolu. Dans une relation qui dure, chaque nouveau moment de dysharmonie ou de désaccord alimente une version précédente du même argument. Un passé qui vit dans le présent, quelque chose qui n’a rien d’objectif, qui se nourrit des rancoeurs au lieu des faits. 

Alors qu’après tout, un passé est inévitable – dès l’instant où on entre dans une relation, le passé se crée. Et avec un peu de chance et de patience, il n’encombre pas. Mais cette fois, le passé a pris trop de place. Plus envie de cette ombre omniprésente. Plus envie d’entendre les reproches, plus envie de composer avec le manque de confiance de l’autre. Il a mis fin à leur histoire parce qu’il y a trop de passé en commun.

L’histoire, comme une idiote, mécaniquement se répète. Paul Morand

Comments: 10

  1. Audrey says:

    Ça me déprime. Je veux croire que le passé construit ensemble devient une richesse et pas un fardeau

  2. Fred says:

    Je viens juste de réaliser quelque chose. C’est vrai qu’il y a peu de sujets de dispute et que ce sont toujours les mêmes qui se reproduisent. Il y en a moins de 7 ou 8, toujours les mêmes déclencheurs les mêmes raisons et les mêmes conclusions. J’espère seulement que la rancoeur ne remplace pas une bonne engueulade plutot saine!

  3. Pierre says:

    Très belle écriture et un bon sens des formules. >Parce que les souvenirs sont après tout, uniquement des fantômes, des moments qui s’en sont allés pour toujours et dont ils ne restent que de pâles reflets.

  4. Nathalie says:

    Murielle! Je sais que tu as beaucoup d’humour et j’aimerais que tu le montres plus souvent dans tes écrits. Parce que ça suffit de toujours toucher la corde sensible!!!…:-)

  5. Laurent says:

    Ça c’est déprimant!
    http://youtu.be/i2o9-jmtNoU
    Our little boy is four years old and quite a little man
    So we spell out the words we don’t want him to understand
    Like T.O.Y or maybe S.U.R.P.R.I.S.E
    But the words we’re hiding from him now
    Tear the heart right out of me.
    Our D.I.V.O.R.C.E becomes final today
    Me and little J.O.E will be goin’ away
    I love you both and it will be pure H.E double L for me
    Oh, I wish that we could stop this D.I.V.O.R.C.E.

    • :-)
      Elle fait sa maligne parce qu’elle est premier prix de « spelling ».
      Voix magnifique pour une chanson encore plus déprimante que mon texte

quelque chose à dire