Rien que de l’eau

écrit par murielle

J’ai beaucoup pleuré ces dernières semaines. Pas tout le temps, pas un de ces flux continu et lourd, c’était une sensation plus proche du rhume des foins: les yeux qui piquent, la gorge sèche et la voix un peu plus rauque. Quelque chose qui gêne, qui est là et qui ne veut pas partir.

Ça a commencé avec le tri de vieilles photos, j’ai ensuite pleuré en lisant un article sur les maisons de retraite, puis sur ma façon de travailler, puis sur un podcast sur Glasto. J’ai aussi pleuré sur une vidéo sur YouTube et quand je l’ai revue j’ai pleuré à nouveau. J’arrête là la liste de mes pleurs. Je suis devenue cette femme que vous voyez essuyer son mascara dans le sombre reflet d’une vitrine d’un magasin, submergée par la vue d’un arc en ciel ou le rire d’un enfant. Je suis devenu cette étrangère qui, debout dans la rue, semble avoir juste réalisé qu’elle était vivante.

Que ce soient des larmes causées par les difficultés au jour le jour, les souvenirs, la frustration, les doutes, l’anxiété ou encore mieux, un simple sanglot empathique à un spectacle ou une parole qui m’émeut, les larmes sont devenues mon nettoyage.

Pleurer, même un tout petit peu, même sur un film ridicule est bénéfique. Du moins c’est ce que les chercheurs affirment. Cela aide à éliminer les hormones d’un stress excessif. La chaleur qui brûle la gorge est soi-disant bonne pour nous. Toutes les larmes sont de bonnes larmes. Même celles fabriquées par les réalisateurs d’Hollywood avec des ouvertures à cordes et un gros plan sur un nouveau-né ou celles qui coulent hors de vos yeux à cause d’un chanteur country. Émotionnellement c’est positif parce que cathartique. Physiquement aussi. Les pleurs remplacent la gym en utilisant des muscles souvent oubliés.

Je ne sais pas si c’est vrai mais j’ai décidé d’accepter cette explication. De ne plus analyser ou rager après la cause de mes larmes.  Tout cela n’est pas si grave. Après tout elles sont un moyen de prouver que je peux encore éprouver quelque chose. Mes larmes comme de l’eau d’émotion,  comme des excrétions cardiaques. Un jus de sentiment pour lutter contre mon cynisme de façade.

Comments: 33

  1. Heureux de te lire à nouveau… même si ça ne génère aucune larmes chez moi… j’ai du trop pleurer par le passé.

    Certainement.

    Mais ça ne m’empêche aucunement d’avoir des émotions, et de ressentir… malgré ma froideur très apparente (il parait) ; donc :

    Regarder de vieilles photos ? je te comprends si cela te permet de te rappeler de bons ou mauvais souvenirs. Au moins ta mémoire est intacte (toi).

    Mais tout cela sont-ils bien les (bonnes) causes/raisons ? Le problème est certainement ailleurs… Mais toi seule le sait.

    • Ranger les photos des êtres aimés et disparus est un exercice que je ne trouve absolument pas réconfortant. Je me demande toujours si perdre la mémoire ne serait pas parfois un bien. Ne plus se souvenir des souffrances et des drames de la vie qui parfois empêchent d’avancer. Mais ça toi seul le sait.

      • Marcus Volk says:

        Crois tu ? que cela nous empêche d’avancer ? on peut plus facilement tourner la page et décider (de nous mêmes) d’effacer, plutôt que de chercher à se rappeler… Un son, une odeur, un parfum, des images, des sensations qui m’évoquent quelque chose mais sur lesquelles tu ne peux mettre aucun souvenir… tu te cognes contre ce mur qu’est ta mémoire… Crois moi. Je t’envie de pouvoir te souvenir, même si cela fait mal, plutôt que d’errer dans une nuit sans fin.

        • Je n’aurais pas la bêtise ou l’ignorance de dire que je t’envie mais parfois tout de même…

          • Marcus Volk says:

            Perdre la mémoire… c’est comme un kaléidoscope. Tu « vois » des souvenirs mais tu n’arrives pas à les relier avec des émotions. Ex : j’ai des photos de ma grand-mère. Pendant longtemps elles ne m’ont rien évoquées.

            D’autre part, à y réfléchir, certainement certains souvenirs sont bon à effacer : le cerveau est très bien fait : dans certains cas traumatisants, ils sont comme « effacés », mais tu sais… ils sont « là », juste que tu ne possèdes plus la clé.

            Je vois mon esprit comme une armoire remplie de tiroirs. Certains sont fermés à clés et la clé n’y est plus, d’autres la clé est dessus, certains… la clé est cassée dans la serrure. D’autres existent mais sont comme « invisibles », l’emplacement est là mais ils n’ont ni relief ni trou de serrure… d’autres, n’ont pas de serrure, inutile, tu y reviens souvent.

            Crée toi ta propre structure… c’est un jeu de l’esprit. TU décides lesquels tu veux ouvrir… ou pas.

            (j’essaye de t’expliquer, je ne sais pas si j’y arrive, pardon)

  2. Je vais adopter ta façon de voir alors : pleurer peut etre bénéfique…

  3. LO says:

    Un jus de sentiment… c’est très joliment dit.

    • merci. nectar aurait été peut être plus poétique mais peut être un peu trop doucereux.

      • LO says:

        Jus c’est parfait. Je trouve que cela ramène aux dures « choses » de la vie.

        • tu as exactement compris ce que je voulais exprimer :-)

  4. Laurent says:

    j’aime pas lire que tu as pleuré. Quelles que soient les raisons. Pas assez de monthy python et de flight of the conchords. Il est temps de ressortir les dvds!

    • foux de fafa :-) merci je vais le faire, tu as raison

  5. Nathalie says:

    je suis ravie que tu sois de retour mais j’aurais préféré quelque chose de plus joyeux! :-)

  6. Comme je suis un tordu de première, je te dirais « Vien pleurer sur mon sein desséché »… Il en a bien besoin le pôôôôvre ! :P

    Sans méchanteté !

    Amitiés

    Coco

  7. Thierry says:

    J’aime la forme mais pas le fond. Les larmes ne soulagent qu’un moment et malheureusement leur cause est toujours présente. Être émotif est une explication quand on pleure pour un rien ou pour une raison passagère mais pleurer tout le temps est beaucoup plus sérieux.

    • déprime et sa chef dépression sont priées de rester à la porte

  8. Fred says:

    Ton écriture est toujours aussi jolie. Excrément cardiaque, jus de sentiment… Pleure si tu n’as pas le choix mais continue à chercher des occasions de rire.

  9. Je suis habitué, mon père pleurait très facilement en voyant des films tristes (à la télé). J’ai une sœur aînée qui pleure aussi beaucoup pour les mêmes raisons, au point d’emmener une boîte de mouchoirs si le film est annoncé comme étant triste (ex : ET). Et elle a une copine qui avait tendance à rigoler durant les passages lacrymaux :)
    Au XVII/ XVIIIème il était de bon ton de verser des larmes, même si les mœurs étaient très rudes.
    Le tri des vieilles photos est un exercice dangereux, surtout si on regarde des photos de gens qui ont disparu et qu’on aimait bien.

    • Je suis à ranger définitivement dans la catégorie des pleureuses. Ce qui est extrêmement inconvénient et embarrassant à certains moments parce que considéré comme un signe de faiblesse. Alors qu’il n’y a pas plus solide que ma petite personne dans les moments critiques.

  10. Pleurer n’est absolument pas un signe de faiblesse !
    Lorsque j’étais petit ma mère me disait  » un homme ça ne pleure pas  » !
    Elle avait coupé les ailes à ma sensibilité et je lui en veut pour ça ….

    Un homme comme une femme a le droit de pleurer…
    Pour moi c’est un des plus beaux signes d’ouverture qu’on puisse imaginer….
    Tu t’ouvres ma chère Murielle et c’est une excellente nouvelle !

    Beaucoup de choses se passent en ce moment…
    Les gens comme toi s’éveillent dans ce moment où tout est enfin en train de prendre sens…
    Réjouis toi Murielle, tu deviens une personne  » consciente »

    Surtout ne réprime pas ces larmes ! c’est la petite fille en toi qui s’ouvre….
    Elle a besoin d’en passer par là pour exister !
    Ensuite, les choses s’estomperont, les pleurs seront plus rares ; mais tu verras que tu as gagné autre chose : la sérénité et l’absence de peur devant les évènements qui arrivent !

    Legascon

    • Laurent says:

      ce n’est pas une faiblesse mais un homme ou une femme qui s’émeut trop facilement ou trop rapidement passera pour quelqu’un de moins solide que quelq’un qui peut garder son « sang froid ». Même si ça n’a rien à voir. Faut dire aussi que quelq’un qui a les larmes faciles peut vite devenir agaçant. Bien sûr je généralise…

      • Personne n’est là pour les autres mais pour lui même…
        alors que les « autres » l’évaluent solide ou pas agaçant ou pas…
        Personne n’a à vivre en fonction des autres, mais en relation avec lui même !
        Lorsqu’une femme ou un homme pleure c’est qu’il se respecte et respecte en lui ce qui l’habite et qui s’émeut.

      • j’ai trouvé quelque chose qui répond à ce risque de ne s’en tenir qu’à ce que les autres pensent ..
        bonne journée !

        Comment contenter Yvon ?

        Peu importe ce que tu dis ou ce que tu fais…

        Ou ne dit pas et ne fait pas….

        Il y aura toujours une personne comme Yvon pour te critiquer !

        Si tu es pauvre… Yvon dire que tu ne sais pas t’administrer.

        Si tu es riche… Yvon dire que tu es malhonnête.

        Si tu as absolument besoin de crédit… Yvon va te le refuser.

        Si tu es prospère… Yvon va te flatter..

        Si tu es en politique… Yvon va dire que tu acceptes des pots de vin.

        Si tu n’es pas en politique… Yvon va dire que tu n’es pas patriote.

        Si tu es charitable… Yvon va dire que tu veux bien paraître.

        Si tu n’es pas pratiquant… Yvon va dire que tu fais une mauvaise vie.

        Si tu as beaucoup de peine… Yvon va dire que tu veux de l’apitoiement.

        Si tu es heureux… Yvon va dire que tu es inconscient..

        Si tu es affectueux… Yvon va dire que tu es faible.

        Si tu n’es pas affectueux… Yvon va dire que tu n’as pas de cœur.

        Si tu meurs jeune… Yvon va dire que tu avais tout pour réussir.

        Si tu économises ton argent… Yvon va dire que tu es avare.

        Si tu dépenses tes sous… Yvon va dire que tu es irresponsable.

        Si tu travailles fort… Yvon va dire que tu ne profites pas de la vie.

        Si tu ne travailles pas… Yvon va dire que tu es un fainéant..

        Mais, si tu te fiches d’Yvon… Yvon va te respecter…!

  11. Ah Murielle, contente de te « revoir » bien que j’aurai pas voulu te savoir pleurer mais comme tu dis « Tout cela n’est pas si grave »
    Bon retour !

    • j’ai encore des blocages, je n’arrive pas à crier :-)
      bonne semaine à toi aussi

quelque chose à dire