Sur l’optimisme et un poney

Hasard ou pas, en triant aujourd’hui le tas de cartes postales, photos, et autres images à encadrer, j’ai retrouvé cette carte issue de ma collection d’affiches Penguin.

L’origine du « there must be a pony in here somewhere » est toujours vague mais la morale de l’histoire m’amuse toujours.

Un psychiatre a deux enfants dont le caractère est diamétralement opposé ; l’un est pessimiste et l’autre incroyablement optimiste.

Un jour le père se décide à une expérience et il arrange deux pièces de sa maison de façon différente. La première pièce est remplie de jouets. Quant à la deuxième, elle est remplie avec du fumier. Il place l’enfant pessimiste dans la chambre aux jouets et l’enfant optimiste dans la chambre remplie de fumier. Puis il attend dans le couloir.

Comme il n’entend rien, il entrouvre la première porte et voit son enfant très inquiet. Il entre dans la pièce pour rassurer son petit garçon et lui faire savoir que les jouets sont vraiment pour lui, pendant qu’il fait cela il entend rire dans l’autre pièce. Il se dirige vers l’autre chambre, entrouvre la porte et constate que son autre petit garçon est en train de rire en prenant et jetant le crottin à tours de bras derrière lui. Le père demande à son fils ce qui le rend aussi joyeux.

La réponse du petit garçon: « Il y a sûrement un poney quelque part! »