les mots du vendredi #9

écrit par murielle

canular : tentative plus ou moins réussie de Nicolas Bedos sur sa prétendue liaison amoureuse avec l’ex du président. La volonté de dénoncer le mélange des genres, l’exposition de la vie privée, bouillabaisse entre privé et public, etc etc aurait été louable si elle était venue de quelqu’un qui n’écrit pas de livres sur sa vie, sur ses aventures amoureuses avec des vrais noms dedans et qui se répand dans les magazines sur ses coups de coeur et ruptures.

C’est un peu comme si le camembert disait au roquefort, très très sérieusement, en se pinçant le nez : « tu pues »….

scandale : ce qui est crié par les onanistes du buzz après avoir cru au canular.

 

Comments: 10

  1. Benoit says:

    Il m’a fallu du temps pour comprendre!

  2. Amaya says:

    Le dialogue entre le camembert et le roquefort , ça m’a bien causé :lol: et je trouve l’image faite ….à point !

    • C’est l’expression la plus imagée et la plus exacte à mon avis!

  3. Nathalie says:

    Les deux définitions sont parfaites! C’est drôle!

  4. Peyo says:

    Dans Libé, ils se sont mis à deux journalistes pour écrire un petit article critiquant le gag de Bedos en traitant le canular de pourri. Je crois qu’ils font partie de ta deuxième définition.

    • Oui un article pas très intéressant mais depuis quand Libé a fait quelque chose de bien?

  5. Audrey says:

    Nicolas Bedos a beaucoup de talent, on ne peut pas dire le contraire. Mais il est aussi plein de contradictions et se prend trop au sérieux. Le dialogue entre lui et Elie Semoun était horrible : le cas de deux humoristes qui se regardaient le nombril en parlant de cœur brisé et d’amours ratés. Pathétiques les deux. Il ferait mieux de s’appliquer à écrire sans trop montrer sa tête à la télé ou vouloir faire du buzz à la con.

  6. Je n’apprécie pas Nicolas Bedos, tout en lui reconnaissant un certain talent dans son domaine. Le canular était réussi et pas trop méchant. Francis Blanche était un grand maître du canular.

quelque chose à dire