bye bye smileys, hello emojis

écrit par murielle

Ça a commencé avec un citron. Puis j’ai reçu une aubergine. Et un cœur bleu. Voilà, j’avais été « emojifiée » Le problème c’est que mon envie de répondre à une image s’est raréfiée. Je suis parmi les dernières à ne toujours pas avoir un smartphone. Je n’en ai pas besoin. Et franchement je n’en ai pas les moyens. Les années passent et ma phobie reste, je n’aime pas les téléphones.

Mais avec les émojis, mon mojo en prend un coup. Je ne suis plus équipée, perdue dans un jargon d’images quand je reste accrochée aux mots. J’ai des flashbacks d’un temps où je visitais le site urban dictionary parce que mes amoureux était anglophones et que je ne voulais pas être « lost in translation ».

Mais quand le citron est apparu, il est devenu une touche acide dans un lac de mots mielleux. Quand je suis dans de bonnes dispositions, ce qui j’avoue est une occasion rare, j’aime les textos. En fait, je vais jusqu’à dire que c’est une chose agréable. Je suis même assez bonne dans ce domaine – oui. Je suis fière de certains de mes SMS vifs et spirituels et j’apprécie le ping-pong avec des amis ou un amoureux sur la même longueur d’onde. Je savoure ce sentiment lorsque je reçois un texte qui est parfait dans son exécution. Quel plaisir, lorsque vous correspondez totalement dans l’humour, le ton et perspectives sur la vie.

Ainsi, quand je dois commencer à me demander ce que les petites images colorées veulent dire, ce genre de chose tue le moment. Je passe au rayon « vieillarde ». Il s’est trouvé que le citron signifiait « juicy » … Je n’ai pas osé demander ce que les fesses signifiaient dans un message reçu plus tard. J’en suis ravie puisqu’il s’est avéré que ce je croyais être des fesses étaient une langue, mon fidèle et incassable Nokia faisant avec les moyens du bord pour transcrire des images qu’il ne connaissaient pas.

Parce que c’est un fait d’une occurence rare, mes correspondants préférés n’utilisant pas les emojis. L’un d’eux me disant « un million pour cent, non. Ils sont une béquille pour les branleurs. Je ne vais pas parler en banane et danseuse. » Et d’énumérer ensuite un certain nombre d’emojis qu’il utiliserait si seulement ils existaient, liste que je ne peux pas énumérer ici, pour des raisons liées à la décence.

C’est vrai. Il faut avoir le style de vie et de mentalité approprié, il faut que cela signifie simultanément quelque chose pour l’expéditeur et le destinataire.

Le langage a été appelé «la plus grande invention de l’humanité», à égalité au premier rang avec le whooper de Burger King qui fait son retour en France. Le bronze (ou l’argent?), alors, doit sûrement aller à l’écriture: un système par lequel les échos fugitifs de la parole sont capturés et rendus visibles. De sorte que l’éphémère peut être recréé avec une précision absolue par des étrangers à travers les océans et les époques.

« Il n’y a pas de plus grande douleur« , a déclaré Maya Angelou, « que de porter une histoire inédite en soi. » De là à la raconter en émojis…

egyptian-hieroglyphics

 

Comments: 10

  1. Laurent says:

    Tu sais ce que signifie l’aubergine?

  2. LO says:

    Je n’ai pas non plus de smartphone, j’ai aussi un vieux Nokia qui me va très bien.

    • Je suis une Nokia hardcore fan. Leurs produits sont/étaient solides, le design sobre et les plus faciles à utiliser. Ce qui est terrible est qu’ils ne sont plus. Microsoft les a mangés.

  3. Mag says:

    I want to know who sent you the aubergine? The perv…

  4. Nathalie says:

    Parfois une image est plus forte qu’un mot ;-)

  5. Antonio says:

    Je ne me rappelais même pas quel téléphone j’avais. Il m’a fallu le regarder. Et voilà il s’agit d’un vieux Nokia (en plus hérité).

  6. Peyo says:

    Au premier coup d’oeil on dirait des fesses surtout si tu reçois celle ci après l’aubergine. J’ai un smartphone, samsung et ça me change du portable normal. Mais je comprends que tu n’aimes pas les emojis, c’est amusant un temps mais c’est encore plus porteur de malentendu que les mots.

  7. Il y un très beau livre de Clarisse Herrenschmidt sur le sujet des écritures : « Les trois écritures, langue, nombre, code ». Gallimard, Bibliothèque des Sciences Humaines, 2007. (504p.)

    • Merci pour la recommandation. Noté. Je suis sûre que ça va m’intéresser.

quelque chose à dire