San Francisco 1985

Written by murielle

Hier est sorti un film produit et réalisé en 2013 par Chris Mason Johnson. C’est San Francisco 1985 (Test en VO).

san-francisco-1985Le synopsis :

San Francisco 1985. Frankie est un jeune danseur qui vient d’intégrer une des plus prestigieuses troupes de danse contemporaine de la ville. Il fait la connaissance de Todd, un des danseurs de la troupe. Leur rencontre ne tarde pas à dépasser le cadre de la danse. Des manifestations contre la communauté gay voient le jour. Elles sont liées à la panique créée par la maladie du VIH que l’on vient de découvrir. Ensemble, Frankie et Todd évolueront dans ces événements hostiles mais aussi parfois plein d’espoir.

Il y a seulement quelques jours, la télé organisait le sidaction. Et aujourd’hui ce film sort dans une seule salle en France, à Paris…

Malgré le succès de films et de séries télé comme Philadelphia, Harvey Milk, Les chroniques de San-Francisco, ou plus récemment Dallas Buyers Club, il semblerait que les distributeurs de cinéma se lassent des histoires sur le sida. Ils ont tort.

The Normal Heart dramatisait les enjeux catastrophiques de la crise des années 80, du sida et des militants politique désemparés. L’esthétique et contemplatif San-Francisco 1985 se concentre sur la vie quotidienne d’homosexuels qui cherchent à comprendre ce que signifie survivre dans une décennie fatale.

Pour Frankie, l’aspirant danseur, cela signifie attendre. Comme doublure dans une compagnie de danse moderne, il est habitué à attendre l’appel qui pourrait changer sa vie. Mais comme homme gay sexuellement actif en 2985 à San Francisco, où les signes de la mort sont partout – affiches sur les symptomes du virus, annonces radio – il doit également se préparer à être frappé avec la pire des nouvelles inimaginables.

san-francisco-1985

Lorsque le premier test VIH atterrit sur le marché, Frankie obtient finalement la chance de prendre sa vie en main. Mais il a peur: pas seulement du diagnostic lui-même, mais de ce qu’un résultat positif pourrait augurer pour son avenir.

Un remède semble si insaisissable qu’il est question pendant un moment de mettre en quarantaine tous les hommes infectés. Les années 80 étaient en proie aux rumeurs, paranoïa, superstitions, désinformation sur le VIH.

L’incertitude sur le « cancer gay » est parfois impossible à vivre pour les amis et les collègues, qui se suspectent les uns des autres (une danseuse hésite à s’élancer dans les bras en sueur de son collègue masculin) tandis que le Castro devient une zone interdite pour beaucoup. Périodiquement, ils se regardent dans le miroir, à la recherche de signes de lésions.

san-francisco-1985

Chris Mason Johnson réussit ce film comme un instantané d’un moment dans le temps où chaque homme est forcé de décider comment le sida va changer sa vie. Frankie ne peut pas imaginer une vie monogame, mais il est prêt à essayer les préservatifs. « Mon Dieu, ces choses vont tuer le sexe pour toujours » dit-il à son partenaire d’un soir.

L’arc narratif, s’il existe, s’articule autour des visites de Frankie chez le médecin pour se faire tester. Le reste du film, suit le doux solitaire dans et hors du studio de danse, aux barres, et dans son appartement infesté de souris.

Un tel format dépend fortement de la performance. Dans son premier rôle à l’écran, le danseur Scotte Marlowe, long et souple comme une tige de bambou, est convaincant en Frankie avec ses grands yeux et son maigre corps agité.
Mais, naturellement, le danseur ancien combattant, plus fort, plus sexy et plus sombre est Todd (Matthew Risch) qui est beaucoup plus captivant lorsque son personnage est dans la salle de répétition ou sur scène, danses tristes et redoutables qui célèbrent le corps et rendent hommage à la volonté de l’âme. (Chorégraphies par Sidra Bell)

Tyran sympathique, il incarne la devise de la compagnie de danse: « Fuck art. Dansons. »

Test montre le plus souvent un San Francisco couleur pastel à la lumière de l’aube. Un nouveau jour vient, puis un autre après. Chaque jour, les personnages doivent se réinventer pour négocier la nuit. Frankie et Todd sont des témoignages de l’audace de l’espoir et de la capacité de l’art à créer de la beauté du désespoir.

4 thoughts on “San Francisco 1985

  1. Laurent says:

    D’où le morceau de Bronski Beat ce matin! Oui j’ai vu le film l’année dernière :-) D’ailleurs la scène de danse sur le morceau est bien. J’ai bien aimé le film qui remet en condition ce que pouvaient être ces années où on entendait tout et n’importe quoi sur la maladie, où les préservatifs n’étaient pas du tout utilisés chez les hommes, etc. Mais c’est un peu long, il aurait pu être réduit. Un film à voir tout de même.

  2. Je n’aime pas trop ces films à thèses, mais les épisodes dansés ont l’air bien. Ce genre de film serait interdit à Versailles.

      • La mairie interdit aux cinémas locaux de diffuser des films à thématique homosexuelle. Ce n’est pas pour rien que les responsables des manifs anti-mariages pour tous soient en général versaillais.

quelque chose à dire