Andrew : un prince pas très charmant

Written by murielle

Il y a plein de choses dans l’actualité qui mériteraient un article mais je ne lis plus trop les journaux et j’ai une stupide fascination pour la famille royale anglaise. D’avoir payé des impôts pendant longtemps en Angleterre, j’ai financé leur train de vie, j’ai donc un droit de regard. J’espère ne plus jamais avoir à revoir sa tête de con dans les journaux, mais pour le moment c’est « open season » pour ce gros pervers raciste.

Andrew Il y a quelques semaines, son interview avec la BBC a prouvé être un des pires car crashs de la télé. Lundi les journaux contenaient des extraits de l’interview d’Andrew, expliquaient quel point cela avait mal tourné et approfondissaient sa relation avec le pédophile américain Jeffrey Epstein. Lundi était également le jour où Andrew a dit à la reine que l’entretien s’était bien déroulé.

Mardi était riche en histoires sur le soutien de la reine à son fils préféré et sur le soutien de la famille. Pendant ce temps, toutes les histoires ne cessaient de s’aggraver, les mensonges d’Andrew ne cessaient de s’écrouler, et les révélations sur ses affaires douteuses, ses relations avec des personnalités politiques infréquentables ne cessaient de sortir.

Et alors… au total, il a fallu environ 90 heures à Andrew pour «démissionner» de la vie publique et pour «prendre du recul» par rapport à ses devoirs royaux.

Du point de vue de relations publiques – sans parler du point de vue juridique/pénal – cela a été un désastre absolu. C’est ainsi qu’ils «contrôlent les dégâts» – ils envoient Andrew prétendre qu’il ne transpire JAMAIS (jusqu’à récemment).

Toute cette débâcle a révélé les faiblesses de la reine et de la famille royale. Sa faiblesse de caractère, sa faiblesse pour son fils préféré, sa faiblesse politique, sa faiblesse en communication et sa faiblesse en personnel.

Et pourtant. Plus ça change, plus ça reste la même chose.

quelque chose à dire