Des filles pas contentes

Trump a un hobby de merde : le cyberharcèlement et maintenant sa nouvelle cible est Greta Thunberg, la militante écologiste de 16 ans. Thunberg semble vraiment bouleverser Trump sans le vouloir. Elle ne correspond à aucune de ses idées sur la façon dont les filles sont censées agir. Elle n’essaie pas d’être candidate à l’un de ses concours de beauté. Elle est trop occupée à essayer de convaincre des dirigeants mondiaux comme lui de faire quelque chose contre la crise climatique. Elle est trop occupée à prononcer des discours dans des endroits comme l’ONU – où Trump a été moqué quand il a prononcé un discours en 2018, et où Thunberg a été écoutée avec respect, malgré sa critique de l’organisation et des dirigeants pour leur inaction.

Greta Thunberg ONU

Au cours des dernières semaines, alors que Trump était apparemment ridiculisé par ses pairs au sommet de l’OTAN à Londres et que les audiences de destitution contre lui avaient commencé, Thunberg a été nommée la personne de l’année du magazine Time, un honneur que Trump aurait voulu. Et donc il fit ce qu’il semble toujours faire sur Twitter, quand il est énervé : il s’est déchaîné en accusant la personne qu’il juge responsable de tous ses maux et défauts.

« Greta doit travailler sur son problème de gestion de la colère, puis aller voir un bon film à l’ancienne avec un ami! », a tweeté Trump. « Chill Greta, Chill! »

Pauvre Trump. Ce tweet ne semblait pas très chill lui-même. Et Thunberg le savait. Comme la majorité des jeunes filles qui grandissent à l’ère numérique, elle a déjà été victime d’intimidation – par Trump lui-même, qui, après son célèbre discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies, a sarcastiquement tweeté: «Elle semble être une jeune fille très heureuse qui attend avec impatience une avenir brillant et merveilleux. C’est tellement agréable à voir!  »

Les deux fois où Trump a tweeté à son sujet, les réponses de Thunberg ont été malignes et sarcastiques. Cette semaine, elle a changé sa biographie Twitter pour : « Une adolescente travaillant sur son problème de gestion de la colère. Actuellement, je me détends et je regarde un bon vieux film à l’ancienne avec un ami. »

Dans sa façon de réagir aux tentatives d’intimidation du président des États-Unis alors qu’elle n’a que 16 ans, Thunberg est devenue une inspiration, un modèle de courage et détermination pour les filles à deux reprises – d’abord en tant que militante pour le climat, puis en tant que ninja des médias sociaux.

Mais cela ne signifie pas que le cyberharcèlement de Trump vis à vis de Thunberg est moins méprisable ou dangereux. Ce qu’il est encore dit aux jeunes filles du monde entier est : peu importe ce que vous faites, peu importe ce que vous réalisez, des hommes puissants peuvent et vont essayer de vous abattre.

Ce message est déprimant, effrayant avec des conséquences potentiellement désastreuses. C’est un message qui a encore contribué à une augmentation du taux de suicide chez les jeunes filles âgées de 15 à 19 ans. C’est un message qui a contribué à augmenter l’anxiété et la dépression chez les filles et les jeunes femmes. C’est un message que l’épouse de Trump, Melania, est censée combattre, avec sa campagne contre la cyber harcèlement.

Mais les filles et les femmes n’ont pas besoin que Melania Trump soit leur modèle pour lutter contre le harcèlement en ligne ou pour lutter tout court. Elles se soutiennent les unes les autres, et elles ont des modèles de filles et femmes courageuses qui se battent toute différemment, chacune à leur façon, Yasaman Aryani, Charlotte de Bruges, Greta Thunberg et les autres.

quelque chose à dire