Cœur tenu par une main
raconter

Des trains et des histoires

Je suis en vacances ! Ce n’est pas vraiment le sujet de ce post mai il fallait que je le dise. Donc pour aller en vacances j’ai pris le train. Deux trains, changement à Paris. Et une place dans un carré avec deux jeunes femmes, l’une française et l’autre néozélandaise. Totalement épuisée – avec une migraine qui ne me quittait pas depuis une journée et une nuit – j’ai fermé les yeux et ai tenté de me reposer. Sans succès.

Mais j’ai écouté la conversation de mes voisines. Elles parlaient librement en anglais et ne me prêtaient aucune attention. J’ai donc appris que la néozélandaise voulait faire un bébé toute seule. Et que la française était très très attirée par une jeune femme rencontrée quelques mois via une appli de rencontre. Ça faisait deux mois qu’elles ne s’étaient pas vues. Le « crush » étant infirmière dans les festivals de musique pour l’été.  Et la française le vivait mal. Pas de nouvelles, pas de messages. Elle ne savait pas quoi faire.

Sa copine lui disait de la recontacter via messenger, en mode léger. Un « coucou, comment vas-tu, comment se passe ton été ? » Elle était de bon conseil. « Ne reste pas sur ton portable. Envoie un message et laisse faire. Donne-lui le temps de répondre, de te dire ce qu’elle vit. Et si elle ne te répond pas, ce n’est pas si grave. Si tu es trop sérieuse, trop investie, tu peux lui faire peur. Chacune son rythme. »

Ah oui, j’avais oublié comme l’accent de Nouvelle Zélande est charmant.

Mais la française n’écoutait pas. Elle stressait sur son portable, attendait une réponse et quand elle l’a eue, impossible de ne pas répondre, poser des questions, d’imaginer tout et n’importe quoi. Tout ceci à haute voix.

Et je me disais que, quelle que soit la relation – hétéro ou homo – les mêmes insécurités se présentent. Un message et on interprète. Elle/il veut dire quoi en mettant de points de suspension ? Pourquoi elle/il prend autant de temps pour répondre ? Combien de temps avant que je réponde ? Trop ou pas assez ? Je mets un smiley ou pas ?

L’insécurité peut être une émotion douloureuse et difficile à vivre. Pendant les 4 heures de trajet (3h et 1h de retard !), j’ai vu une jeune femme passer par beaucoup d’émotions, cherchant à être rassurée, se faisant des films : « Elle part au Maroc en septembre, je pourrais partir en vacances aussi là-bas et lui dire que le hasard fait bien les choses ! », « Elle va louer une maison seule. Je lui demande si elle a besoin de compagnie ? », « Elle me dit qu’elle est seule, c’est un message ou pas ? « .

Nous sommes arrivées à destination. Le crush n’avait pas encore répondu au dernier message sur de possibles vacances en commun au Maroc. Quatre heures d’un ascenseur émotionnel avec plus d’inquiétude que de sourires. Je lui souhaite de ne pas dépendre des sentiments et des humeurs d’une autre personne. Elle vaut certainement mieux que ça.

 

 

 

Commentaires

Amaya
23 août 2023 à 14:22

« … ne pas dépendre des sentiments et humeurs d’une autre personne « .O que oui … c’est une liberté sans doute merveilleuse. Bonnes vacances, voyages et histoires Murielle….



quelque chose à dire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.