bien parler

C’est quelque chose de considérablement difficile de faire un discours qui soit à la fois bien écrit et émouvant. C’est ce qu’a réussi à faire Jodie Foster aux Golden Globes. Ce qui est frappant, ce n’est pas tant le contenu de son discours mais le contrôle et la délicatesse avec laquelle elle l’a délivré.

L’art de la rhétorique est, au fond, la relation entre un celui qui parle et un public. En venant chercher son prix, elle ne prenait pas de risques, elle était parmi ses pairs, la plupart l’aime et est de son coté. Mais elle a fait quelque chose de plus. Elle a fait un discours que l’on peut trouver émouvant, politique et autre mais aussi et surtout elle a fait un discours de professionnelle.

Elle connait son auditoire. Elle ne prend pas son attention pour acquis. Elle lui donne l’occasion de jouer avec elle. Elle lui parle, nomme certains, les définissant comme une sorte de famille. Elle taquine ensuite leurs attentes. D’abord, en offrant une série de souvenirs: «Les réalisateurs, les producteurs, les acteur, mes collègues là-bas, nous avons ri à travers les scènes d’amour, nous nous sommes frappés, on a pleuré et vomi et craché et éternué les uns sur les autres … » En utilisant l’anaphore et la polysyndète, elle donne à ses phrases un style plus spontané, moins contrôlé. Même si le contrôle est présent tout le temps.

Elle annonce qu’elle va faire une confession, elle parait hésiter, fait durer le faux suspense, elle affecte la nervosité, taquine son audience. Elle tourne autour du pot: être franche au sujet de sa sexualité sans le dire. C’est ce qu’on appelle une apophase: parler de ce que vous n’allez pas parler. Et c’est ainsi, avec le secret de polichinelle ouvertement reconnu, qu’elle peut se permettre de nommer et rendre hommage à son ex-partenaire.

Je pourrais continuer à faire une analyse littéraire et objective de son discours; c’est aussi  à ça que servent des études de lettres, mais ce serait trop long et je ne me souviens plus de tous le vocabulaire réthorique.

Je voudrais surtout souligner combien Jodie Foster est non seulement une bonne actrice mais aussi une formidable oratrice. Loin des conventions tout en respectant les règles du discours. Un modèle dans la « manipulation » médiatique…