une confession

écrit par murielle

Il n’y a vraiment rien de pire que quelqu’un qui meurt juste avant qu’il ne soit prouvé qu’il avait tort sur ​​toute la ligne.  La disparition d’Arthur Miller il y a quelques années signifie que personne ne pourra jamais être en mesure de forcer le dramaturge à regarder un marathon de neuf heures de Keeping Up With the Kardashians pour ensuite lui demander s’il pense toujours qu’il y a des failles dans « le rêve américain « .

La semaine dernière, le président Obama a utilisé un entretien avec Amazon pour discuter – entre autres choses – du rêve américain. Et il s’avère qu’il pense qu’il y a eu quelque chose comme  un « changement de culture », avec les jeunes d’aujourd’hui bombardés par les signes extérieurs de richesse.  « Il n’y avait pas cette ouverture sur la vie des riches et célèbres. Les enfants ne regardaient pas tous les jours ce que Kim Kardashian portait, ou si Kanye West allait en vacances, en pensant que c’était en quelque sorte la marque de la réussite. »

Pour ceux qui ne connaissent pas l’œuvre des Kardashian, voici un petit résumé. Kris, la mère,  fut l’épouse de l’avocat de la défense d’OJ Simpson, avant de divorcer et de se marier à Bruce Jenner, un ancien athlète champion olympique, devenu une « personnalité ». Elle s’est ensuite ingénié à transformer la sex-tape de sa  fille Kim en une  entreprise familiale médiatique de plusieurs millions de dollars. Cela a commencé avec Keeping Up with the Kardashians, mais s’est depuis métastasé dans plusieurs shows, lignes de produits cosmétiques, dietétiques, et apparitions personnelles.

Il y a également les soeurs Kourtney et Khloe et depuis peu les ados Kendall et Kylie. Ce qui témoigne de la capacité apparemment illimitée de Kris pour produire de nouveaux produits-progéniture, pour qui l’Amérique et le reste du monde semblent désireux de céder leurs neurones. Ainsin, Kris a récemment négocié un record de 40 M $ pour les trois prochaines saisons de l’émission de télé réalité phare de la famille. Ce qui devrait vous donner une idée de la profondeur de l’horreur avec laquelle nous traitons.

C’est ici que je vais vous dire le pire. Dans un moment d’égarement, dans un état second, provoqué par l’acool, le surmenage, la fatigue, le désoeuvrement, la lassitude morale ou je ne sais quoi d’autre, j’ai regardé un épisode des Kardashian. Cette famille représente tout ce que je déteste. Et pourtant, l’impensable est arrivé, j’ai regardé la série et j’ai aimé. Oui, voilà, c’est dit. J’ai aimé. Tout est over the top, ça m’agace mais ça me fait aussi sourire. C’est une comédie,  un show qui me rappelle l’excellent  Arrested Development – sans l’ironie ou les phrases cultes.

Oui je sais, je suis en complète contradiction avec des billets précédents. Oui, j’ai un peu honte. Oui, je pense que valoriser autant le bling-bling est indécent. Oui, je pense que  devenir célèbre et riche grâce à une sextape est placer la barre morale bien bas. Oui je pense que l’existence même de cette famille est la preuve que Darwin avait tout faux avec sa théorie de l’évolution. Oui, il y a des nuits d’insomnies parfaites pour regarder quelques épisodes et trouver le sommeil. Et oui, j’ai une K préférée…

Ne me jugez pas…

Je vois ici les hommes les plus forts et les plus intelligents que j’ai jamais vu; je vois tout ce potentiel; et je le vois gâché. Je vois une génération entière qui travaille à des pompes à essence, qui fait le service dans des restos, ou qui est esclave d’un petit chef dans un bureau. La pub nous fait courir après des voitures ou des fringues, on fait des boulots qu’on déteste pour se payer des merdes qui ne servent à rien. On est les enfants oubliés de l’Histoire mes amis, on n’a pas de but ni de vraies places, on n’a pas de Grande Guerre pas de Grande Dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression: c’est nos vies. La télévision nous a appris à croire qu’un jour on serait tous millionnaires, des dieux du cinéma ou des rockstars, mais c’est faux et nous apprenons lentement cette vérité: on en a vraiment, vraiment plein le cul…

Fight Club

Comments: 13

  1. effrayante famille…ici aussi les ados se mettent à rêver de réussite « facile » via nos fabuleuses émissions de téléréalité… et alors ta K préférée ? ;)

  2. Nathalie says:

    Aaahh un article léger qui fait sourire. Merci! :-)
    je ne regarde pas les KKKKK. J’en lis assez sur elles dans les magazines même pas people

  3. Fred says:

    Tu es trop indulgente avec le show si tu penses une seule seconde qu’il y du arrested development dans cette horreur. Je viens de regarder un épisode et je peux maintenant te maudire de m’avoir fait perdre 30 minutes de ma vie. Ces filles et leur mère sont insupportables.

  4. Darwin ne faisait que dire que les animaux les plus aptes pour un type donné d’environnement, auront plus de descendants et donc seront plus nombreux. Mais si l’environnement change, c’est fini. D’autres s’adapteront mieux au nouvel environnement. C’est pourquoi dans une population donnée, il est très utile d’avoir une grande variété de gênes. Ce qui est encore le cas pour les populations humaines.
    Je crains que les Kardashians ne s’adaptent pas au prochain changement de type de civilisation (changements largement imprévisibles, ex : Internet dans les année 90). N’oublions pas que la grande noblesse française du XVIIIème, totalement inadaptée à la révolution industrielle, a perdu le pouvoir et l’argent « facile » donnée par le roi.
    Un peu prêchi-prêcha, mon commentaire :)

    • Ah he ne sais pas. J’ai l’impression au contraire que c’est une espèce qui s’adapte. Evolue non mais qui s’adapte…

  5. Laurent says:

    Je suis déçu Murielle. Tu NE PEUX PAS REGARDER ces trucs. Fallait-il que tu sois en effet désoeuvrée pour regarder ÇA.
    Si tu ne sais pas quoi regarder branche toi sur Portlandia,

    • Pardon! Mea culpa et tout ça.
      Quant à Portlandia j’ai essayé mais vraiment, non. Non. Non. Non.

  6. Marcus Volk says:

    J’ai une télé… un truc de 36 cm, écran cathodique. Que j’allume… allez, je vais être gentil… une fois par mois ? Même pas. Lire, je préfère. Un musée, un ciné (qualité d’image extraordinairement plus riche que celle de ma pauvre TV de 36 cm), une balade à vélo ou à pieds (très bien la marche à pied, on (re) découvre sa ville…) donc la série que tu nous évoques ne me parle pas, même si j’imagine parfaitement de quoi il est question.

    Je pardonne ton état (second ?) : « Dans un moment d’égarement, dans un état second, provoqué par l’alcool, le surmenage, la fatigue, le désoeuvrement, la lassitude morale » ; regarder cette série une fois pourquoi pas… continuer à la regarder… Argh ! Mais je refuse de (te) juger. Faute avouée à moitié pardonnée ?

  7. Pierre says:

    C’est un spectacle pour la plupart mis en scène qui met l’accent sur ​​la vanité, la cupidité, la promiscuité, la vulgarité et la consommation ostentatoire. Certains comme toi, ont peut-être commencé à regarder ça comme un divertissement stupide ou comme une sorte de satire de la réalité mais la triste vérité c’est que beaucoup de jeunes regardent cette famille, envient leur apparence et copient leur comportement.

quelque chose à dire