De l’importance des listes

Written by murielle

Il y a quelques années Shaun Usher avait publié Au bonheur des lettres (Letters of Note). En octobre 2016 sera enfin publié au Livre de Poche son deuxième opus Au bonheur des listes qui est une anthologie riche et visuelle de 125 listes brillantes et fantasques.

C’est un livre immensément satisfaisant au titre plus que pertinent.

Tout d’abord parce que s’il y a bien quelque chose que tous les êtres ont en commun, c’est celui de faire des listes. Si nous aimons les listes, c’est parce qu’elles créent une impression d’ordre dans un monde chaotique.

Ce livre apporte donc un sentiment de « déjà-vu » rassurant, la réalisation d’une névrose ou d’une habitude partagée avec d’autres. Se sentir un peu dans la norme en lisant des listes par des célébrités ou des anonymes. Et d’en trouver certaines touchantes, amusantes, originales ou plus terre à terre.

De liste fabuleuse de Johnny Cash

  • Ne pas fumer
  • Embrasser June
  • N’embrasser personne d’autre

list-johnny-cash

à la liste de Galilée en 1609 énumérant les pièces nécessaires à la construction de son télescope ou encore une liste de raisons de ne pas travailler écrite par les esclaves dans la vallée des rois dans l’Égypte Antique.

C’est un aperçu fascinant et révélateur de la vie des autres.

Les listes sont merveilleuses précisément parce qu’elles créent l’illusion heureuse de l’ordre. Elles suggèrent que la vie est un processus que nous pouvons contrôler.

En tant qu’organisatrice naturelle/chef et rêveuse, je les ai toujours aimées. Une façon de mettre à plat, noir sur blanc, ce qui ne va pas, ce que j’aime, n’aime pas, ce que je dois faire ou pas.

Pablo Picasso, recommendations for the Armory Show for Walt Kuhn, 1912
Pablo Picasso, recommendations for the Armory Show for Walt Kuhn, 1912

Il n’y a rien de plus satisfaisant que de rayer une liste avec le sentiment du devoir accompli. Ou mon éducation protestante m’apporte son lot de culpabilités quand ma liste de choses à faire me poursuit, vierge de ratures par flemme ou par quelque blocage psychologique.

Mais écrire est comme une première étape pour faire bouger les choses. Même si c’est seulement sur le papier, à ce moment précis, un sentiment d’accomplissement existe. Il y a un pouvoir à nommer les choses.

Pourtant je remarque que malgré toute ma prévoyance et mes bonnes intentions, les plus grandes et les meilleurs choses dans ma vie sont arrivées entièrement par accident. Ou presque.

Eisenhower disait : Dans la préparation à la bataille, j’ai toujours constaté que les plans sont inutiles mais la planification est indispensable ».

C’est ainsi qu’aujourd’hui j’ai fait puis jeté les trois listes faites pour préparer la rentrée.

Oui, il y a du pouvoir à nommer les choses. Puis à les oublier…

 

4 thoughts on “De l’importance des listes

  1. Audrey says:

    En ce moment ce sont les listes des courses pour Noël, la liste au Père Noël, et la liste des invités pour le réveillon de Noël. Un seul thème ce mois-ci, devine lequel?

  2. Je ne fais pas beaucoup de listes. J’aimais bien faire des listes quand je dirigeais une réunion de travail, pour barrer les points réglés. Sinon, bien sûr, j’adore les listes de Sei Shonagon dans « Notes de chevet », au XIème siècle.

  3. frad says:

    En informatique, le langage Lisp a quelque chose de magique. Les listes sont au coeur de ce langage fonctionnel qui utilise des parenthèses comme délimitateurs.

    (love? todo-list)

    yessssssssssssssss !

    • oui il y a de ça, je vais me mettre à lire plus sur le langage Lisp. Merci pour la « découverte »!

quelque chose à dire