The memory of running – J’ai rêvé de courir longtemps

écrit par murielle

L’histoire:

Solitaire, obèse, alcoolique, dépressif, Smithy Ide se retrouve orphelin à quarante-trois ans. Il trouve une lettre informant ses parents que sa soeur, Norma, portée disparue plusieurs années auparavant, a été retrouvée morte en Californie.  Sa vie aurait pu s’arrêter là. C’est là qu’elle va commencer. Sans réfléchir il décide d’aller chercher le corps. Il enfourche sa vieille bicyclette et, de New York à Los Angeles, il se met à pédaler, pédaler, pédaler…

J’ai fait la connaissance J’ai rêvé de courir longtemps de Ron McLarty grâce à la série américaine Intreatment où le psy joué par Gabriel Byrne parle de ce livre.

Je l’ai donc lu. Je ne pense pas que ce soit un chef d’oeuvre. Il a les défauts d’un premier roman avec entre autre un manque de structure ici et là et il est parfois un peu trop sentimental.

Mais ce livre est formidable. Vraiment formidable. Et il vaut tellement mieux que la plupart des best sellers que l’on trouve sur les gondoles de librairies.

jai-re%cc%82ve-de-courir-longtemps

Oubliez toutes références avec Forrest Gump. Smithy n’a rien de la simplicité de Forrest. Il est sage, malin, décent, loin d’être parfait mais bon. Smithy fuit et est à la poursuite de quelque chose. Smithy pédale, et il voit Norma partout, le poussant tout au long de son périple, l’encourageant à découvrir ce qu’il doit savoir sur lui même et sur elle.

C’est une remontée des souvenirs qui sera salutaire. C’est une quête de l’amour, une recherche de sa propre vérité, et la conquête de son « moi ».

Certes. tous ces thèmes sont loin d’être nouveaux mais la simplicité du récit, le choix deSmithy et une description toute personnelle de l’Amérique en font un livre touchant, humain et proche de nous.

Comme les anglais disent, c’est un livre « life affirming » (pour la traduction disons que « c’est porteur d’un message de vie positif » – mais ça ne donne pas pareil!)

A lire!

Comments: 1

quelque chose à dire