Un mariage idéal

écrit par murielle

Le personnage de fiction à épouser était une tendance sur twitter il y a quelque temps de cela. Holden Caulfield figurait dans les premiers choix. Parmi les autres noms cités, il y a avait Christian Grey, Legolas et Edward Cullen.

Okaayyy… Finalement Holden n’est pas le pire car il n’est pas un sadique-pervers-narcissique, il n’est pas un elfe et il n’est pas un vampire. Et il aime sa soeur. Les personnages féminins choisis étaient encore moins représentés. J’ose espérer que les choix d’Hermione Granger, Luna Lovegood ou Dora l’exploratrice étaient twittés par de petites mains innocentes et mineures utilisant le portable de leurs parents…. Quant à Sophie Neveu du Da Vinci Code? Je suppose qu’être issue de la volonté divine, ajoute un peu d’intrigue à l’arbre généalogique.

Je ne sais pas pour vous, mais épouser un personnage de fiction est un sujet extrêmement sérieux. Le mariage est une quasi aberration dans la vraie vie. Mais… dans la fausse vie, celle de la littérature et du cinéma, celle où tout pourrait être parfait, celle où tout, même le pire, se surmonte, le choix du compagnon idéal devient important pour vivre comme dans un roman.

Je me suis donc penchée très sérieusement sur la question. Enfin, après avoir longtemps réfléchi, j’ai réalisé que je ne voulais pas être la lectrice qui souffre des pathologies de l’infirmière en choisissant un personnage torturé de l’âme et infirme du coeur. Si vous devez épouser un personnage de fiction, vous devez en épouser un qui soit émotionnellement disponible. Et dire non au pervers narcissique. Pas de Mr Darcy qui va faire la gueule tous les quatre matins. Encore moins de ce Rhett Butler qui entend « oui » quand une femme dit « non ». Enfin, hors de question d’épouser Henri de Marsay, version littéraire d’un Frédéric Beigbeder.

J’ai donc regardé les étagères de ma bibliothèque, puis pensé très fort aux autres livres que j’avais lus – et j’ai trouvé quelques personnages intéressants.

Brian Jackson. Parce que le jeune homme qu’il est encore, est plein de promesse. Il sera un homme bien.

Atticus Finch.  You never really understand a person until you consider things from his point of view, until you climb inside of his skin and walk around in it. Un homme capable d’empathie est un homme à garder.

Salvo Montalbano. Parce qu’il a les qualités d’un homme intègre. Il est décent, solide, honnête et fidèle. Avec une bonne dose d’humour noir.

ou Leopold Gursky. Mais ça c’est encore une autre histoire.

Je voudrais également épouser Annie Hall. Parce qu’elle est cultivée, délurée, drôle et hors des modes. Parce que, comme Alvy, la seule chose que je puisse – et veuille – dire des personnes que j’aime ou ai aimées, est : « J’ai compris quelle personne formidable elle était et combien c’était chouette juste de la connaître… » 

 

Comments: 6

  1. Laurent says:

    Il y en a une seule : Rebecca alias Tank Girl.

  2. Nathalie says:

    Le choix de Dora l’exploratrice me fait rire.
    Je n’ai aucune idée du compagnon de fiction idéal. Ce que j’aime beaucoup c’est la dernière phrase. C’est une belle philosophie de vie de vouloir dire ça de ses ex ou de ses amis. C’est une façon de faire des choix de vie, de choisir d’aimer les bonnes personnes.
    Je crois que c’est pareil que toi, je n’ai que des choses positives à dire sur les hommes que j’ai aimés.

  3. Amaya says:

    Je n’avais jamais pensé à observer les personnages de fiction en vue d’un mariage et ton invitation est très sympa ! :-)

    Après réflexion , je crois que j’ai toujours aimé des hommes fictions . Je me demande même, si je ne me suis pas mariée à un personnage de fiction , parfois :lol:

  4. Fred says:

    Blanche DuBois et quand je suis à bout je rencontre Jane Eyre qui me réconcilie avec le genre féminin.

  5. Amaya says:

    Goldmund , même si je n’étais pas insensible à Narcisse …

  6. Audrey says:

    Moi qui trouvait Rhett Butler incroyablement sexy. J’avais oublié que ce mec est en fait un violeur en puissance.

quelque chose à dire