lire, aimer, offrir, et une rose

écrit par murielle

Non seulement le 23 Avril était l’anniversaire de Shakespeare – son 450e – mais c’était également le jour où les livres étaient au centre de festivals et d’événements à travers le monde. Au Royaume-Uni et en Irlande, c’était aussi la Nuit Mondiale du Livre. Cette année, pour la première fois, les lecteurs étaient encouragés à joindre la communauté des donneurs de livre et ainsi offrir un bouquin – que ce soit pour un ami ou un membre de leur communauté ou un parfait inconnu  – pour répandre l’amour de la littérature.

 

pink-rose-flower-with-book

Ailleurs, la Journée Mondiale du Livre, telle qu’elle est organisée par l’UNESCO, présentait des festivités qui donnent le sourire. Les Barcelonais conservent encore la coutume de donner une rose à la personne qu’ils aiment ou à leurs amis, compagnons et parents, à l’occasion de la traditionnelle fête de Sant Jordi. Elle est célébrée chaque 23 avril dans toute la Catalogne. C’est ainsi que la Rambla se remplit de boutiques de livres et de fleurs dès les premières heures du matin afin que les personnes offrent une rose à la personne aimée, en échange d’un livre. Pour les libraires et les éditeurs, c’est le jour de l’année où ils vendent le plus de livres ; pour les lecteurs, c’est une occasion unique de se rapprocher de ses auteurs préférés, puisque ceux-ci signent leurs œuvres en pleine rue.

Hier également, le titre de Capitale Mondiale du Livre se déplace des mains de Bangkok à la ville nigériane de Port Harcourt. 

Ici, à Bayonne, rien. Il y aura bien une brocante organisée ce week-end à la médiathèque au profit d’une association locale. Mais quand la ville a passé plusieurs jours à fêter le jambon, elle est restée bien calme pour célébrer le livre ou marquer l’évènement. Enfin, là n’est pas la question. 

Je me demandais quel est le livre que j’ai le plus offert et quel est le livre que j’offrirais à celui ou celle que j’aime. Est-ce que choisirais un de mes auteurs pour lui faire découvrir un genre, une histoire et un écrivain ou est-ce que j’offrirais une jolie ou une ancienne édition de son auteur préféré?

Et vous?

 

Comments: 8

  1. Benoit says:

    Les livres c’est comme le parfum. Il faut vraiment connaître la personne pour pouvoir offrir un livre qui plaise. Je pense que j’offrirais surtout un écrivain déjà aimé et apprécié.

  2. Demande à la poussière de John Fante, parce que le talent n’a jamais fait de mal à personne.
    Ceci dit, j’aime pas les commémorations, les mouvements de masse, les jours de ceci ou de cela, j’en cause justement sur Ranx, donc c’est certainement pas pour répondre à l’appel de l’UNESCO que j’offrirai un livre.
    Hugo Spanky

    • Ah oui mais le world book day est à l’origine à l’initiative des bibliothécaires qui savent et voient ce qu’un livre et un endroit pour lire apportent au peuple. D’autant plus important en Angleterre où les bibliothèques dans les quartiers/villes pauvres ont fermés apr manque de moyen et de volonté politique. Ce n’est pas faute de se battre mais la lutte n’a pas suffi dans des endroits où le livre était le seul objet encore gratuit.

  3. Peyo says:

    Je ne pense pas qu’un livre est comme un parfum. Un parfum est personnel et si on n’aime pas, à part l’utiliser dans les wc, qu’est ce qu’on en fait?
    Un livre, si on n’aime pas l’auteur, on peut le fermer, le donner à quelqu’un d’autre, le vendre, le donner à une association, le passer à quelqu’un d’autre.
    J’aime bien offrir des livres, mais je vais plutôt vers des livres d’art, de photos ou de peintures. Des choses qui sont assez couteuses et qu’on n’ose jamais s’acheter pour soi. Des beaux ouvrages qui font bien dans une bibliothèque.

  4. Fred says:

    J’offre souvent des livres et souvent mes auteurs favoris. C’est une façon de partager mes goûts et de dire « lis ça c’est formidable », je partage une histoire, un voyage, un univers et une voix. C’est par ce genre de cadeau qu’on apprend quelque chose, si c’est pour recevoir un auteur déjà lu ou connu, le partage est moins fort.

  5. Nathalie says:

    Il n’y a rien de mieux que d’offrir un livre, quelqu’il soit. Depuis quelques temps j’offre de livres de cuisine et sinon des romans. Des polars, dont certains que tu avais commentés.

  6. burntoast4460 says:

    Je me renseignerais avant d’offrir un livre. En général, il vaut mieux demander à la personne. Sinon je donne beaucoup de livres au Secours Populaire et à des ventes de charité. On ne peut pas tout garder.

    • C’est là mon drame. Me séparer des livres quand la place manque ou que je déménage. Quitter Albion m’a fait me séparer de centaines de livres – donnés, offerts et vendus. Et m’a fait racheter quasiment les mêmes dès que j’en ai eu la possibilité.

quelque chose à dire