Boule de Suif

écrit par murielle

On est bien dans l’hiver. Il fait froid, les températures sont proches du zéro et pour certains d’entre vous, il neige! Quoi de mieux que de lire un classique, l’histoire d’un voyage affecté par des conditions météorologiques défavorables. Boule de Suif de Guy de Maupassant. En tant que telle, cette histoire pourra sans doute se révéler intéressante pour vos pérégrinations hivernales futures.

Mais bien sûr, cette histoire englobe beaucoup plus que cela: la nature de la générosité, la psychologie respective des conquis et conquérants, la notion de décence sexuelle, et  pourquoi ce n’est pas toujours une bonne idée d’emballer un grand pique-nique avant de monter dans une diligence avec un groupe d’inconnus.

paul-emile_boutigny-boule_de_suif

Pendant l’hiver, 1870-71, durant la guerre franco-prussienne, la ville de Rouen est envahie par les Prussiens. Un groupe de citoyens les plus prospères de la ville obtient la permission de se rendre au port du Havre par la diligence de Dieppe. Ce condensé de la haute société (noblesse,  bourgeoisie, marchands et religieuses) est outré de partager la voiture avec une prostituée nommée Boule de Suif.

Ils se trouvent cependant vite reconnaissants de partager sa compagnie quand quand une tempête de neige retarde la diligence. Les voyageurs ont faim et seule la jeune femme a pensé à emporter des provisions, qu’elle partage généreusement. A ce stade, ils daignent lui parler.

Cette nuit-là, ils s’arrêtent tous à un hôtel, occupé par un capitaine prussien, qui, le lendemain, leur interdit de continuer. La raison devient vite évidente: Boule de Suif a refusé de coucher avec lui, et sa vengeance est de les garder tous enfermés jusqu’à ce qu’elle cède son corps.

C’est à ce moment que l’ironie de l’histoire devient vraiment mordante. Boule de Suif, en dépit d’être la moins « respectable » du groupe, est de loin la plus patriote : elle ne peut pas se résoudre à dormir avec un prussien. Est-ce que les autres voyageurs vont la soutenir après avoir dévoré son pique-nique? Pas du tout. Hypocrites, ils se moquent de son honneur, et ne s’intéressent qu’à leur destination finale. Ainsi s’exclame un des voyageurs, résumant ce qu’ils pensent vraiment de la demande du prussien: une telle démarche serait de peu de conséquence pour elle.

Puisque c’est son métier, à cette gueuse, de faire ça avec tous les hommes, je trouve qu’elle n’a pas le droit de refuser l’un plutôt que l’autre.

Le décor est planté pour un drame qui a une seule issue. En montrant les étapes par lesquelles la situation est résolue, Maupassant semble mettre à nu tout l’édifice de l’hypocrisie bourgeoise : sexuelle, sociale, religieuse, financière et politique.

Boule de Suif révèle la contradiction et la tromperie qu’implique le système social, et qui engendre la prostitution comme une obscurité inéluctable. Tous les personnages, à l’exception de Boule de Suif, se montrent tout à la fois superficiels et égoïstes. Même les deux bonnes sœurs ont apporté leur soutien à la cause en expliquant que, théologiquement parlant, la fin justifie les moyens…

Une action blâmable en soi devient souvent méritoire par la pensée qui l’inspire… 

Une petite anecdote: cette nouvelle de Maupassant fut l’inspiration pour le film Stagecoach de John Ford.

Comments: 14

  1. Hey Miss, je l’ai terminé avant hier soir (je l’avais lu « in the past » et ça avait gardé sa saveur intacte…J’étais dans la diligence avec la pauvre Elizabeth, j’étais la petite souris qui assistait à toute cette hypocrisie du bon bourgeois politiquement correct…Et j’ai trouvé une fois de plus que les oeuvres de Maupassant étaient cinématographiques…En ce moment je relis la Maison Tellier, et les images sont comme du Renoir ou du Van Gogh, follement réalistes…

    • Je ne connais pas Maison Tellier. Je vais le lire alors. Je relis mes classiques et j’apprécie de plus en plus. Hier il y a avait l’adaptation d' »Un coeur simple » de Flaubert sur arte et c’était incroyablement émouvant et tragique. Aussi bien que le roman.

  2. Natalie says:

    C’est une très jolie façon de relire un classique. Je n’ai jamais accroché avec Maupassant alors que maintenant je pense que ça me plairait. Je vais de ce pas aller à ma bibliothèques pour relire ses contes et nouvelles. Merci.

  3. Laurent says:

    Très bon article. Tu n’as jamais pensé à être prof de français? :-)

    • Merci pour le compliment. J’y ai songé 15 secondes et j’ai opté pour bibliothécaire…

  4. Pierre Amarac says:

    Je vais relire boule de suif!

  5. Chez nous l’hiver est bizarre alors que la moyenne devrait etre plus ou moins -20 C avec des passages de dans les -30 … c’est surtout des temps doux que nous avons .. dans ma région, il n’a pas beaucoup de neige

    • Toujours pas de neige ici dans les plaines du pays basque. J’aurais voulu un Noël blanc. Je garde espoir

  6. mu64 says:

    Bon d’accord Murielle j’essayerai peut-être de me replonger dans du Maupassant quand j’aurai fini tous mes livres en retard…
    Jeune j’ai toujours trouvé Maupassant déprimant et un peu mélo, alors voyons voir ce que ça donne des années plus tard.

    • Et oui, il y a toujours une pile de livres à lire!

  7. Je l’aime bien Maupassant. Il a marqué mon adolescence. J’ai le vague souvenir d’avoir été bouleversée par « Une vie », beaucoup aimé « Boule de Suif » et vraiment adoré « Bel Ami »

    Merci pour ton article , ça m’a redonné envie de lire cet ensemble de nouvelles.

    • Oui et en plus c’est profond tout en étant facile à lire.

quelque chose à dire