The morning after the night before

écrit par murielle

He was a car crash waiting to happen. Drinking too much, random encounters and the frequent moments when it dawns on you that no protection was used. It happened a lot lately. Early morning, half awake in some stranger’s bed, grabbing the clothes spilled on the floor. Bad taste in the mouth, sore head, feeling sorry for himself. And wanting to leave the place faster than he can say Jack Robinson.

Luckily most of the time, his hook-up had already left. Sometimes a post-it note on the bedside lamp with a phone number, or a succint « please make sure to close the door behind you when you leave ». He never calls and always makes sure the door is shut behind him. Straight to his local, for a hair of the dog; self inflicted pain needs self-medication.

But this time, the note left in the bathroom made him smile. More than a note, close to a letter. A blue A4  sheet taped to the toilet lid, titled « a piss and a read ». So instead of the usual rushing out, he took his time, read the letter, showered, changed the sheets, made sure the room looked nice and tidy. Only then he left.

Back home, he cooked a fry up. No pick-me-up this time. Only the full english breakfast with an extra side of black pudding, organic mushrooms and plenty of tea. The finest breakfast for the finest day of his life. What a glorious morning.

With this letter, his life would turn around.

Empty Glasses

 

Il était un accident prêt à arriver. Boire trop, des rencontres d’une nuit, et les moments trop fréquents ou on réalise qu’on n’a pas utilisé de protection. Cela arrivait beaucoup ces derniers temps. Les matins, à moitié réveillé dans le lit d’un étranger, prendre les habits qui trainent sur le sol. Mauvais goût dans la bouche, la tête douloureuse, s’apitoyer sur soi-même. Et vouloir quitter cet endroit le plus rapidement possible.

Heureusement, la plupart du temps, son coup d’un soir était déjà parti. Il y avait parfois un post-it sur la lampe de chevet avec un numéro de téléphone, ou un mot plutôt bref « merci de bien fermer la porte derrière toi quand tu pars ».

Direction le pub près de chez lui pour un remontant. La douleur infligée à soi-même a besoin d’auto-médication.

Mais cette fois, le mot laissé dans la salle de bain l’a fait sourire. Plus qu’un mot, proche d’une lettre. Une feuille bleue format A4 scotchée à l’abattant des wc, avec pour titre « pisser et lire ». Alors, au lieu de courir vers la sortie, il a pris son temps, lu la lettre, s’est douché, a changé les draps, et rangé la chambre. Ensuite seulement il est parti.

De retour chez lui, il s’est cuisiné un petit déj. Pas de remontant alcoolisé cette fois. Un english breakfast avec un deuxième morceau de boudin noir, des champignons bio, et beaucoup de thé.
Le petit déj le plus somptueux pour le plus beau jour de sa vie. Un matin merveilleux.

Avec cette lettre, sa vie aller changer.

Comments: 9

  1. Nathalie says:

    mais elle dit quoi cette lettre?

  2. Fred says:

    Tu vas donner une suite? Nathalie a raison, qu’est-ce qu’il y a dans la lettre pour qu’il soit prêt à changer?

  3. Mag says:

    A one night stand turning into the big love? How? Why? :-)

    • ah mais non. À toi de décider ce qu’il y avait écrit

  4. Linda says:

    I’m really curious about what was written. I can’t think of anything that would make him change his way.

  5. Audrey says:

    En fait, j’apprends plein de choses avec l’anglais. J’ai du cherché la traduction et l’explication pour plein de trucs comme le titre, he can say jack robinson, local, hair of the dog. Je ne connaissais pas les expressions que tu as utilisé. Merci! :-)
    Pour la lettre, je pense que c’est à nous à imaginer ce qu’on veut. Qu’est-ce qui changerait ma vie à moi?

  6. burntoast4460 says:

    On espère ! J’avais un collègue alcoolique. Il connaissait parfaitement son état qui lui avait fait perdre son épouse, un bon poste dans son boulot et l’estime de son fils. Et à 50 ans, il en paraissait 15 de plus. Aucun conseil n’avait de prise sur lui, mais je lui ai conservé mon amitié jusqu’au bout.

quelque chose à dire