trois films

Aller au cinéma relève parfois du défi. Depuis l’année dernière par exemple, le mien est de trouver des films qui ne figurent pas la surexposée Léa Seydoux. J’en ai trouvé quelques uns. Et c’est tant mieux.

Taxi Teheran

taxi-teheran

Suivant les traces de 10 par Abbas Kiarostami (dont il fut l’assistant), le nouveau film de Jafar Panahi est entièrement tourné dans un taxi jaune roulant à travers Téhéran, avec deux caméras fixées sur le tableau de bord, filmant la plupart du temps dans la voiture, parfois tournées vers la rue, mais sans jamais quitter les limites du véhicule.

Le synopsis :

Installé au volant de son taxi, Jafar Panahi sillonne les rues animées de Téhéran. Au gré des passagers qui se succèdent et se confient à lui, le réalisateur dresse le portrait de la société iranienne entre rires et émotion.

Aussi mordant, sombre et existentiel que l’opus de Kiarostami, mais déguisé en film presque désinvolte et léger, il offre une leçon cinématographique inestimable, prouvant une fois de plus que si vous savez ce que vous voulez et comment l’exprimer, l’attirail mystique du cinéma et ses budgets gonflés ne sont pas vraiment nécessaires. Exception faite pour Star Wars…

Dans une série de vignettes apparemment sans rapport, les clients de Panahi embarquent et quittent le taxi, discutant de tout et de rien, de la facilité à condamner à la peine capitale en Iran au florissant marché noir des vidéos illégales. L’avarice nue est révélée à un moment et la compassion humaine à un autre; une petite fille est présentée comme la nièce du conducteur et vole sans vergogne chaque scène avec son esprit pointu et son à-propos ; une conversation sur la physionomie des délinquants conduit à la conclusion qu’ils ressemblent à tout le monde et un ensemble de définitions pour le cinéma islamique est dicté par un enseignant à la nièce dans le cadre d’un travail scolaire.

Un avocat de droit civil radié pour ses activités se promène avec un sourire sur son visage distribuant des fleurs à ses anciens clients; les références à des films en général et les films de Panahi en particulier sont faites, pendant qu’il continue à conduire la voiture, en utilisant un doigt pour pousser la caméra sur le tableau de bord, juste pour rappeler au spectateur qu’il regarde un film et qu’il en est le réalisateur, décidant seul de ce que l’appareil est censé filmer.

Plus que jamais, l’image composite de la réalité contemporaine iranienne de Panahi est sous la forme satirique, mais le sourire mélancolique sur le visage du conducteur – et réalisateur – est plus éloquent que n’importe quel morceau de dialogue.

Comment ce film a été réalisé, coupé et édité, comment il a été sorti du pays sont des questions qui restent sans réponse.

Le film, cependant, s’appuie sur ses propres mérites. Et si vous vous interrogez sur le manque de crédits à la fin, Panahi préfère ne pas citer d’autres noms à côté du sien. Pas besoin d’expliquer pourquoi…

 

Une belle fin

Il y a peu de visages comme Eddie Marsan de nos jours. Une « gueule » typique de second rôle qui est passée enfin au premier plan avec Une belle fin. C’est difficile de réussir un film sur la mort sans tomber dans le trop.

une-belle-fin

Le synopsis :

Modeste fonctionnaire dans une banlieue de Londres, John May se passionne pour son travail. Quand une personne décède sans famille connue, c’est à lui de retrouver des proches. Malgré sa bonne volonté, il est toujours seul aux funérailles, à rédiger méticuleusement les éloges des disparus… Jusqu’au jour où atterrit sur son bureau un dossier qui va bouleverser sa vie : celui de Billy Stoke, son propre voisin.

Dans cette histoire douloureusement mélancolique de demi-vie et de mort solitaire, Marsan joue John May, un fonctionnaire dont le travail ingrat est de localiser des proches de la personne décédée récemment et certainement perpétuellement mal aimés.

Pour ses supérieurs (et, en fait tout le monde), ces pauvres malheureux ne sont que des chiffres, mais John s’intéresse à eux – trop personnellement – et leur passage sur cette terre – collant amoureusement leurs photos dans ses propres albums de famille, seul chez lui. Face à son dernier cas, John se lance dans une odyssée à travers la terre des vivants qui l’amène en contact avec les amis et connaissances fracturées d’un voisin précédemment passé inaperçu.

La musique, douce et parfois plaintive de Rachel Portman s’attache à nos sentiments profonds. Le comportement inquiet de Marsan a une attitude presque Chaplinesque du pathos.

Pendant un certain moment, il semble que nous nous dirigeons vers une résolution un peu cliché sous la forme de Joanne Froggatt en ange gracieux. Mais non, il faut se préparer aux derniers moments transcendants, qui remuent soudainement et de façon presque inattendue…

 

Enfant 44

Les lecteurs de Tom Rob Smith et de la trilogie Leo Demidov attendaient avec impatience la version filmée du premier opus Enfant 44. C’est enfin sur les écrans. Et le résultat est là même s’il y a quelques réserves.

 

enfant-44

Le synopsis :

Hiver 1952, Moscou. Leo Demidov est un brillant agent de la police secrète soviétique, promis à un grand avenir au sein du Parti. Lorsque le corps d’un enfant est retrouvé sur une voie ferrée, il est chargé de classer l’affaire. Il s’agit d’un accident, Staline ayant décrété que le crime ne pouvait exister dans le parfait Etat communiste. Mais peu à peu, le doute s’installe dans l’esprit de Léo et il découvre que d’autres enfants ont été victimes « d’accidents » similaires. Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Léo est contraint à l’exil avec sa femme, Raïssa. Prenant tous les risques, Léo et Raïssa vont se lancer dans la traque de ce tueur en série invisible, qui fera d’eux des ennemis du peuple…

Joliment filmé et bien joué, le film offre une rotation intéressante et nuancée sur le passage à l’âge mûr. Leo est bien dans la trentaine, mais c’est seulement maintenant qu’il devient son propre homme, apprenant à discerner et nommer des émotions, prendre des décisions intuitives indépendantes; et suivre son propre compas éthique.

Tom Hardy et Naomi Rapace se complètent bien – leur couple à l’écran (pour la deuxième fois après Quand vient la nuit) est une danse délicate, chacun trouvant l’équilibre avec subtilité et une grande attention mutuelle.

enfant-44

Enfant 44 donne un aperçu d’une période sombre de l’histoire européenne de l’Est. La scénographie est plus qu’impressionnante; proche du tangible et physique. Le film peut souvent apparaître comme désorientant et inégal. Protagonistes et intrigues entrelacées sont significativement mis en scène puis laissés de côté. Le film est comme la ligne de vie du personnage principal; quelque chose proche d’un effet sinusoïdal.

Le bât blesse avec le casting international des personnages secondaires qui n’est pas toujours réussi. Joel Kinnaman peut essayer tout ce qu’il veut, mais son caractère, Vasili, est fait de carton et même une thérapie par électrochocs ne l’aide pas à retrouver une personnalité. Les personnages de Paddy Considine et de Vincent Cassel sont des croquis – superficiels et clichés. Quant aux accents russes, ils sont pour la plupart ridicules.

Mais les lecteurs du roman comprendront combien il est difficile de tout mettre à l’écran tant l’histoire vraie est dense, puissante et oppressante. Les amateurs de thriller/histoire vraie, façon Zodiac, ne seront pas déçus.

 

5 Comments

des choses à dire

J’ai vu Still Life que j’ai beaucoup aimé. La fin est très émouvante. Child 44 est pas mal mais avec des moments un peu longs, c’est difficile d’adapter un livre qui contient tellement.

Still Life was exellent but I kinda guessed the end so I wasn’t that surprised. As for Child 44, you’re right, bits were not that good. But you can’t diss Joel :-)

Merci pour toutes ces infos, voici une bonne lecture. J’ai appris différentes choses en vous lisant, merci à vous. Fabienne Huillet

quelque chose à dire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2011 - 2018 www.deschosesadire.net Tous droits réservés