Une photo #8

Written by murielle

Je me suis promis de ne plus dire le nom ni de parler de celui qui fait l’actualité tous les jours. Le seul nom que j’accepte de lire est celui donné par le site Celebitchy (mon petit délice de lecture plus ou moins léger) Baby Fists.

D’autant que plus je lis sur le sujet, plus il est clair qu’il est la marionnette d’un homme autrement plus dangereux Stephen Bannon

Donc la photo de la semaine voire du mois est la vague rose des pussy hats partout en Amérique mais aussi dans plusieurs villes d’Europe. Non seulement le rose est ma couleur préférée mais le design du bonnet était chouette et le mouvement derrière tout ça encore plus.

Le pussy hat a été créé par le Pussyhat Project. Des femmes se sont lancé dans le tricot pour en faire le plus possible, les donner, les porter, les échanger.

Ce sont en tout jusqu’à deux millions de personnes qui sont descendues dans les rues américaines le samedi 21 janvier. Et ce qui fait chaud au coeur, c’est que cette photo montre des femmes mais aussi des hommes de tous les âges. Si seulement cela pouvait être plus souvent ainsi…

Mon regret  : ne pas savoir tricoter.

Comments: 2

  1. Christine says:

    Pussy power at its best !

  2. Amaya says:

    et ce bonnet tombe bien ! et oui c’est sympa de voir des hommes sur cette photo
    Je pensais que le tricot avait toujours été une activité faite par les femmes mais une amie tricoteuse m’a un jour appris que non

    j’ai trouvé ceci , je cite :
    « Apanage masculin à l’origine

    Le tricot est une affaire d’hommes. Du moins, à l’origine, c’est eux qui tenaient les aiguilles. Et bien que l’on ait retrouvé des fragments de chaussettes en Égypte chez les coptes, la technique semble s’être surtout répandue dans le monde musulman au Xe siècle, puis étendue à l’Europe par la péninsule ibérique lors d’échanges commerciaux.

    Les marins et les pêcheurs, qui fabriquaient leurs filets, ont ainsi disséminé leur savoir-faire. Le tricot reste l’apanage des hommes dans certains territoires, comme sur l’île de Taquile au Pérou. Les femmes, elles, filent la laine. »

quelque chose à dire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.