Informer – une série thriller et London calling

Parce que j’aime partager avec vous mes coups de cœur télévisés. Voici le dernier en date, Informer de Sohrab Noshirvani et Rory Haines, passé sur la BBC.

Une femme oublie son téléphone dans un train dans l’est de Londres. Un inconnu le récupère et la suit pour le lui rendre, mais la femme a disparu. Il arpente les rues et la repère finalement dans un café. Il n’acceptera aucune récompense pour sa bonne action. Quelques secondes plus tard, un terroriste tire sur le bon Samaritain.

Dans une salle d’audience vide, un agent du contre-terrorisme, DS Gabe Waters (Paddy Considine), que nous ne connaissons actuellement que sous le nom de Témoin K, témoigne de l’attaque contre le café. «Je ne peux pas discuter de cela dans un forum ouvert», dit-il. Puis des mots sur l’écran «Un an plus tôt».

Nous nous concentrons maintenant sur un autre personnage : Raza Shar (Nabhaan Rizwan), jeune homme légèrement fantasque, qui vole un appareil photo, raconte une histoire pour libérer son petit frère d’une colle à l’école et achète quelques pilules de MDMA pour une soirée en boîte.

Il est donc possible que le début de l’histoire ait été, en fait, la fin. Que cette présentation ne vous fasse pas peur. Informer prend un cours normal. Mais cette entrée en matière vous avertit que rien n’est sûr, qu’il faut rester sur ses gardes tout le long.

Dans le sombre milieu des informateurs de police, aucune information n’est fiable ; c’est comme si on nous entraînait à ne rien prendre avec certitude.

Waters, qui entretient un réseau d’informateurs dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, n’attend que peu de loyauté et ne donne rien en retour. « Ils s’en remettront à leurs camarades, à leurs familles, ils vous allumeront tout aussi facilement », dit-il à sa jeune nouvelle partenaire Holly Morten (Bel Powley). « Ce ne sont pas tes amis. Vous les pressez, les rincez ; s’ils vous causent des ennuis, vous les lâchez. »

Apparemment, ils enquêtent sur un terroriste qui a récemment frappé, Ahmed El Adoua, après avoir découvert qu’il s’était rendu à Londres quelques mois auparavant, où il aurait peut-être formé des extrémistes locaux. Leur mission consiste principalement à rencontrer des informateurs dans des ruelles sinistres, à les presser pour obtenir des informations et à ne pas croire leurs réponse.

En effet, la relation entre les informateurs et les autorités est devenue une partie importante de l’arsenal dans la manière dont les services de sécurité combattent la «guerre contre le terrorisme». C’est une relation très compliquée, parfois fructueuse, parfois exploitante et parfois malhonnête, et c’est toutes ces choses dont les services de police dépendent énormément.

Lorsque Shar est arrêté pour possession de drogues le soir de sa sortie, Morten tente de le recruter en tant qu’informateur pour une mission d’infiltration. Naturellement, il est résistant mais Morten se révèle à la fois persistant et insensible. 

Bien entendu ce n’est pas James Bond et cie. Ce sont des histoires humaines, réelles, qui racontent sans sensationnalisme ce que nous entendons tous dans les gros titres « Guerre contre le terrorisme », à l’opposé des films d’espions, complots et théories sensationnalistes.

Ici, Informer explore l’origine et les conséquences d’un acte terroriste. Comment cela affecte-t-il réellement les habitants de la ville et quel impact a-t-il sur Londres ?

C’est aussi une relation entre deux hommes différents, dans deux mondes différents. Juste leur vie et les gens autour d’eux. C’est le monde policier et celui de ce jeune homme qui est forcé de faire front commun. Ce n’est pas une série sur une communauté de l’Est de Londres. Elle parle de ce type et de sa famille et de la façon dont ils sont touchés, de la façon dont ces deux vies s’écrasent sous l’effet de forces extérieures.

Shar est un jeune homme moderne. Il est sur les réseaux sociaux, il n’est pas religieux, il boit, sort, drague, parcourt le monde et il se voit britannique. Le monde le voit comme pakistanais deuxième génération mais il ne se définit pas lui-même tel quel. Il a développé un instinct de survie naturel à partir de la vie à Londres qui contredit tout ce que vous lisez dans les titres des journaux. Ces journaux qui essaient de représenter la vie des gens, qui la simplifie au possible. Or rien n’est simple.

Gabe en est la quintessence : il est une personnalité tellement divisée qu’il ne comprend plus sa propre identité. Gabe est un flic avec un passé trouble. On devine puis on comprend qu’il a lui même été un agent infiltré il y a plusieurs années. Que rien n’est plus pareil et que son passé le poursuit jusqu’à lui faire craindre pour sa vie et celle de ses proches. Tout comme Raza maintenant, il a du passer d’un monde à l’autre et représenter à chaque fois une version différente de lui-même. Un indice avec la photo ci-dessus.

Paddy Considine est excellent. Comme d’habitude… Que ce soit dans des comédies Hot fuzz dans des drames – Dead Man’s Shoes et dans la réalisation – Tyrannosaur. Une série ou un film avec lui est toujours bon. Cet acteur a le talent et le goût pour tourner dans des choses de qualité.

Informer est enfin et aussi une histoire londonienne. C’est dans les coins cachés et dans l’ombre que cette histoire prend vie. Il y a toutes les nuances de la vie, du malheur, de la joie et du bonheur à Londres et nous allons dans ces endroits là suivre une histoire fascinante. Londres est une ville unique, elle prend des gens de tous les horizons, de toutes les cultures, de toutes les religions, de toutes les races. Elle les avale et les recrache. On oublie enfin les coins chics des rom-coms pour rentrer dans le ventre de la capitale, ses marchés, ses rues bruyantes, ses murs tagués et ses habitants métissés, bigarrés. Le Londres que je connais et aime.

quelque chose à dire

Copyright © 2011 - 2019 www.deschosesadire.net Tous droits réservés