Charlotte

Je n’ai jamais lu David Foenkinos. Le garçon semble sympathique et ses livres connaissent beaucoup de succès. Je suis passée complètement à coté. La faute à une vie passée à l’étranger quand il a percé. J’avais vu La Délicatesse et je n’avais pas aimé. Je m’étais promis de le lire.

 

C’est la rentrée littéraire et son nouvel opus est sur les listes des prix. Proactivité étant mon deuxième prénom, je vais donc de ce pas lire Charlotte.

 

charlotte-foenkinosL’histoire :

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu’elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d’une œuvre picturale autobiographique d’une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C’est toute ma vie.» Portrait saisissant d’une femme exceptionnelle, évocation d’un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d’une quête. Celle d’un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Avant même la première partie, Foenkinos pose un avertissement :

«Ce roman s’inspire de la vie de Charlotte Salomon.
Une peintre allemande assassinée à vingt-six ans, alors qu’elle était enceinte.
Ma principale source est son œuvre autobiographique : Vie ? ou Théâtre ?»

J’ai envie de lui répondre : roman ou léger foutage de gueule?

charlotte_salomon_painting_in_the_garden_about_1939

Le texte, poème en prose, est composé de phrases plutôt courtes.

Tant mieux me suis-je dis.

Après avoir lu le pavé de Yann Moix.

Un peu de légèreté visuelle me fera du bien.

Légèreté visuelle certes.

Mais pas que.

Platitude aussi.

Comment l’auteur manque à ce point de style?

La vie de Charlotte Salomon méritait mieux.

Mieux.

Mieux que des mots mis bout à bout.

Sans aucune recherche lyrique.

Ni passion.

Ou talent.

Je cherche la phrase qui me touchera.

Qui me contradira et me rappellera

La beauté d’une Barbara.

Celle qui prit vie sous la plume de Prévert.

Je choisis un morceau au hasard.

«Un soir, au sortir d’un concert, la femme de Kurt surgit.

Désespérée, elle jette un flacon de poison sur Paula.

Du poison qu’elle a sûrement hésité à boire.

Tragédie amoureuse.

Cette histoire affaiblit Paula.»

Je suis Murielle.

Je lis ce roman.

Et cette histoire m’affaiblit.

Aussi.

Je suis triste pour Charlotte.

Personnage.

D’une tragédie littéraire.

charlotte_salomon